AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aparté Subodorée.

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaerille
Néophyte
avatar

Messages : 81

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 9
Espèce: Humaine

MessageSujet: Aparté Subodorée.   Ven 12 Juin - 21:43

Personne ne se souciait de l’ombre dans les recoins de cet endroit morbide, dénué d’humanité, et pourtant, chargé d’émotions. Ici, il n’y avait pas de place pour les histoires de races, de politique et de religion. Non, seuls l’argent, la force, la bestialité et la mort planaient, dans les relents de fumées acres qui se dispersaient en veloutes disparates près du plafond du sous-sol. Les néons dispensaient une lumières médicales assez insupportables pour les yeux peu habitués. Heureusement, ces derniers étaient surtout disposés vers le centre de la pièce, laissant de l’intimité ténébreuse aux recoins éloignés de la scène. La scène… C’était elle qui rassemblait toute l’attention de la masse de gens hystériques qui fréquentait ce lieu, dans les ghettos de Pandemonium. On y accédait par une entrée unique, à l’intérieur d’une maisonnette défoncée par les intempéries, faites de matériaux de fortune, récupérés ici et là, et agencés de façon archaïque pour façonner l’esquisse d’une habitation. Pourtant, l’argent circulait, mais seulement entre quelques mains. Drame social perpétuel. Quiconque pouvait entrer, les autorités fermées les yeux sur les spectacles donnés ici bas. Après tout, ces combats organisés, entrainant des paris, et des trafics en tout genre, étaient une forme de passe temps dans les classes populaires, et cela permettait de canaliser la violence des masses pauvres. Et puis rares étaient ceux représentant la justice à s’aventurer dans ces ruelles, véritables coupe gorge.

Passé une vingtaine de marche, on débouchait donc dans un endroit assez lugubre, sentant la transpiration, les hormones, l’alcool et la fumée mélangée de plusieurs substances faisant tourner la tête. Il y avait trois ring, dont le principal, au centre, était grillagé de part en part, formant un cube de non droit. Le haut de ce cube était agrémenté de fil barbelé, afin qu’on ne puisse s’échapper par les hauteurs. Seuls les vainqueurs pouvaient sortir de cette arène bestiale. A l’entrée, plusieurs petites tables, ou bureaux, c’est selon le mobilier trouvé, s’alignaient le long du mur. Ici, on prenait les paris sur les combattants du jour, on pouvait s’inscrire pour participer et tenter de remporter des titres non officiels, et de l’argent, ainsi que du prestige dans le milieu. Ici et là, quelques salons artisanaux étaient installés, offrant des places de choix aux grands pontes du domaine, aux hommes qui pouvaient se permettre de se payer quelques extras en venant ici, pour gaspiller leur argent. Dans des coins aménagés sous formes d’alcôves, plus ou moins intimistes, des femmes et des hommes vendaient leur corps, contre de l’argent, des petits dealeurs faisaient des affaires en revendant des substances chimiques assez fortes, faisant perdre les pédales, ou plongeant le consommateur dans un état de béatitude avancée, lui faisant perdre pieds avec sa réalité misérable de tous les jours. Le reste de la place était occupé par des spectateurs venant assister au combat, ou aux ébats. Les paris allaient bon trains, et l’alcool aussi.

Kaerille n’aimait pas spécialement cet endroit. La barbarie des combats ne l’intéressait guère. Mais ici, l’argent coulait à flot, et elle pouvait voler avec assez de tranquillité pour s’épargner le stress de se faire avoir. Quoique même quand la situation était difficile, elle n’éprouvait pas souvent du stress. Elle était aguerrie, et sa fierté l’empêchait de penser le contraire. Et puis, espiègle comme elle était, elle savait que de toute manière, elle se tirerait d’un mauvais pas avec brio. Pourtant, elle devait quand même faire attention. La jeune femme entra sans trop se faire remarquer. De plus, dans un endroit comme ça, les pouvoirs qu’elle avait développés n’étaient pas nécessaires. Elle pouvait rester dans le dos des gens, dans les ombres, en jouant les pickpockets pendant que ces hommes et femmes avides de sang, de violence, de sexe ou de drogue, avaient l’esprit ailleurs, les yeux rivaient droits devant, débordant d’une joie hormonale sérieuse et fallacieuse, que Kaerille exploitait pour s’en mettre plein les poches. Il était rare que la voleuse s’en prenne directement à l’argent, en volant, d’habitude, elle volait ce dont elle pouvait avoir en ayant de l’argent, d’où le fait qu’elle n’avait pas besoin d’en subtiliser. Mais cette fois, elle avait un projet, et la main d’œuvre ne se vole pas, il faut l’acheter. D’où le besoin soudain d’argent. Avait-elle des remords ? Aucun. Dans ce monde, tout le monde volait à tout le monde. Le travail n’était jamais rémunéré à sa juste valeur, tout était marchandé, gaspiller, terni par la monnaie, et la notion de richesse et de valeur.

Les yeux ambrés de la demoiselle s’attardaient sur les silhouettes qui semblaient les plus à même de lui donner plus d’argent que les paysans du coin. C’est pour cela qu’elle passait également du temps près des stands de paris, afin de voir qui gagné, qui misé, et qui consommait le plus, pour s’en faire une cible. Si la personne était plutôt bien sapée, elle allait également lui faire les poches. S’il advenait qu’elle se faisait remarquer pour la bousculade, un sourire charmeur et tout rentré dans l’ordre, en donnant peut être un faut espoir à sa victime de se retrouver dans une alcôve en galante compagnie. D’ailleurs, Kaerille aimait bien faire les poches des pantalons restaient sur le bord des petites chambres de joie. Ainsi, elle se faisait de l’argent facile en prenant juste le vêtement. La soirée touchait presque à sa fin, et elle avait les poches bien garnie. Fatiguée, elle ne voulait plus commettre d’erreur, et elle utilisa ses réserves de mana, une curieuse énergie s’emparant d’elle dans ces moments là, pour faire remonter son ombre sur elle-même afin de passer encore plus inaperçue, et de détrousser encore quelques personnes ni vue ni connue. Elle ressortirait sous son manteau d’ombre, pour ne pas attirer les violeurs bourrés…

Plus qu’une victime, et elle pourrait rentrer. De toute façon, ses poches n’allaient pas tarder à déborder, alors elle ne pouvait pas emmagasiner beaucoup plus. Elle remarqua alors deux personnes, dont une habillée de simple vêtement, ne bure et un pantalon, avec des origines elfiques. Trop risqué de s’en prendre à un elfe, qui de notoriété, avait les sens plus développés que la moyenne. Néanmoins sont compagnon, qui semblait ni plus ni moins qu’un humain, avait quelque chose de plus qui ne tarda pas à décider la voleuse de s’en prendre à lui. Elle avait remarqué la boucle d’oreille en or, et il n’en fallait pas plus pour le classer comme personne particulièrement bien pourvu, au niveau de l’argent qu’elle allait pouvoir lui soutirer. Pourquoi étaient-ils là, et qui ils étaient ? Tout cela ne rentrait pas en ligne de compte, tout cela, elle s’en moquait. Pour elle, ils n’étaient que des étrangers parmi d’autre, une source de revenue, son travail. C’est donc dans son manteau d’ombre qu’elle approcha, furtive, glissant entre les rayons lumineux des néons grésillant au plafond. Profitant des effets de la foule qui se bousculait, elle entreprit de palpait légèrement le blond afin de chercher les poches et la source de sa convoitise. Dans son dos, elle avait moins de chance de ce faire griller. Et avec ce bruit…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuri Clayd
Néophyte
avatar

Messages : 53
[IRL] Surnom : Bia

Feuille de Personnage
Guilde: PainMakerS
Niveau: 12
Espèce: Boëcay

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Sam 11 Juil - 9:23

Avec ce bruit, on ne l'entendait, avec cette odeur, on ne la sentait, avec ces courants, ses doigts pouvaient palper en paix. Féline et sournoise, elle se faufila dans le dos de Yuri et délicatement, telle l'intactile vide, elle s'empara de son bien le plus précieux, son diapason, son la, le seul outil de son aparat qui s'avérait être utile à son pouvoir, sa boucle d'oreille, son anneau d'or massif. Son travail était terminé. D'un mouvement simple et soyeux elle s'éclipsa. Ses poches pleines à craquer ne faisaient pas un bruit, ni pièce ni bijou ne s'entrechoquait, pas même le bruit ne révèlerait son indicible présence.

Mais pendant ce temps là, les deux hommes ne restèrent point immobiles, hypnotisés ni par les combats ni par une quelconque câtin se trémoussant sans pudeur ni retenue. Ils étaient là à la recherche d'une personne dont l'aura sortait du lot, dur pour Linkyel de se concentrer dans un environnement comme celui-ci, surtout lorsqu'un pouvoir aussi anarchique que celui que Yuri se tenait à ses côtés. Ce fut d'un seul et même regard qu'ils se comprirent. Alors que sa main opaque venait de détacher soigneusement l'anneau du Stigmatisé, les deux hommes se firent part d'un songe commun. Yuri, bien que cela n'aille pas pour le ravir comprit qu'il devait se laisser voler. Linkyel retint un petit rire moqueur : "c'est toi qu'elle a choisi..." se réjouit le Sephiroth. Mais Yuri restait, fidèle à lui-même, impassible et à des parsecs de ses plaisanteries manquant cruellement d'originalité et de sens. Le jeune homme arborait un regard vide, fuyant tous les autres.


" On la suit ? "

" Yep ! "

Si Linkyel savait allumer la lumière, il savait aussi l'éteindre, l'elfe lumineux déguisa les deux corps d'un halo d'ombre plus profond encore que le regard de Clayd. Ils sortirent par la même porte qui les avait fait entrer, sans qu'une seule âme ne les zyeute, sans qu'un seul être ne les sente. Elle était sortie depuis déjà quelques longues minutes, mais ils n'éprouveraient aucun mal à la retrouver rapidement. Ensemble ils emboitèrent le pas, direction les chantiers abandonnés de Pandémonium. Rares sont les personnes qui osent s'y aventurer, les gens disent que le souverain lui-même a fait cesser les travaux pour "ectoplasmie féconde" ce qui est sensé signifier que quiconque meurt sur ses terres ne connait le repos ou le pardon, pire encore que les enfers, il est, torturé par l'éternelle souffrance qu'est celle d'errer sans but ni vie. Ces fantômes deviennent des prédateurs, ces prédateurs chassent les vivants, et les vivants deviennent fantômes ; c'est le côté fécond de la chose.

" Salut. Je crois que tu as quelque chose qui lui appartient. "

Le grand elfe et sa cheveulure d'or, talonné de près par le stigmatisé blond, étaient apparus à quelques mètres devant la jeune femme, assise en tailleur entrain de se rincer les yeux sur son butin étincelant. La boucle d'oreille se leva dans les airs, comme portée mais par une main invisible. D'elle-même elle flotta jusque Yuri, un Yuri dont la main semblait guider le bijou au travers du vide. Cette dernière finit par se raccrocher à son oreille, et un semblant de sourire arbora le visage ténébreux de l'homme encapuchonné. Linkyel quant à lui, revêtit son regard diplomate et leva une main plate qui glaça le sang des deux autres protagonistes. Rah, la magie divine.

" Nous sommes là pour nous entretenir avec toi, tu nous intéresses. Je me présente Linkyel, Archange déchu de son imminence Sued. Et voici Clayd, ultime rejeton du projet Yuri ainsi que le seul stigmatisé blond que je connaisse. Enchantés. "

Les deux hommes tirèrent leur révérence en attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaerille
Néophyte
avatar

Messages : 81

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 9
Espèce: Humaine

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Sam 11 Juil - 10:27

Kaerille n’avait plus vraiment de place dans les multiples poches qui composaient sa parure. Aussi, la boucle d’oreille semblait être toute désignée pour l’ultime larcin du jour. Défaire un bijou de ce type n’était pas une mince affaire, même pour une voleuse aux doigts dextres comme la jeune femme aux cheveux verts. Pourtant, en un tour de main, elle trouva la boucle de fermeture, et elle libéra l’oreille de son fardeau doré. Le porteur allait certainement s’en rendre compte, surtout s’il n’avait pas l’habitude de la porter, car avec l’habitude, il restait la sensation, comme lorsqu’on mettait une casquette pendant un long moment, une fois enlevée, la sensation de l’avoir sur la tête restait. Néanmoins, elle n’allait pas s’attarder pour voir si le jeune homme qu’elle venait d’alléger allait se rendre compte du larcin ou pas. La nuit était déjà bien avancée, et elle n’aspirait plus qu’à trouver un coin pour dormir tranquillement, avant de retrouver sa planque aménagée. Elle fila donc à l’anglais drapée de son plus sombre manteau. Personne ne l’avait vu, et elle reviendrait surement le mois prochain pour recommencer. Elle ne pouvait pas revenir tous les jours, sinon elle allait finir par se faire repérer.

Pour être sur de ne pas être dérangée pendant qu’elle allait compter ce qu’elle avait ramené, Kaerille fila vers les chantiers réputés pour leur côté hanté. Les gens et leur superstition… Quand bien même il y aurait des forces obscures dans ce monde, ce n’était pas armé de grigri et d’objet insignifiant qu’elles ne s’en prendraient pas à vous. Il valait mieux encore garder son esprit libre de toute entrave, et réfléchir pour soit même, sans se laisser guider par un comportement particulier à cause de stupides croyances, ou parce qu’on était superstitieux. Qui plus est, les chantiers étaient abandonnés. L’endroit parfait pour être un moment seule. Elle vida ses poches sur le sol, prenant soin de ne pas faire trop de bruit, par habitude surement. Posant son derrière sur le sol, elle croisa les jambes pour se mettre en tailleur, assise sous un échafaudage assez imposant. Apparemment, la jeune femme n’avait pas peur que ce dernier ne lui tombe sur le coin du nez.

Alors que ses doigts longilignes commençaient le tri par ordre d’importance de sa récolte, deux individus se pointèrent, venant d’elle ne savait où. Elle ne sursauta pas mais son cœur s’emballa rapidement. Pour ne pas montrer qu’elle avait un soupçon de peur dans les entrailles, la jeune femme se leva calmement, cela lui évitant également d’avoir une réaction agressive. Et à deux contre un, il valait mieux se tenir à carreau et évaluer la situation pour s’en tirer avec brio. Ses yeux ambrés suivirent le trajet de la boucle d’oreille dans les airs, jusqu’à ce qu’elle revienne à son propriétaire légitime. Kaerille eut alors un sentiment des plus désagréables pour une voleuse… Celui de s’être fait manipuler. Elle était intimement persuadé qu’ils auraient pu l’empêcher sur place de voler, et au lieu de ça, ils l’avaient laissé faire. La jeune femme était blessée dans son amour propre.


" Nous sommes là pour nous entretenir avec toi, tu nous intéresses. Je me présente Linkyel, Archange déchu de son imminence Sued. Et voici Clayd, ultime rejeton du projet Yuri ainsi que le seul stigmatisé blond que je connaisse. Enchantés. "

Ils tirèrent leurs révérences. Perplexe, la jeune femme ne se démonta pas, ni ne se laissa impressionner, du moins, au premier abord, même si quand l’elfe avait parlé, elle l’avait craint brièvement.

« Je me prénomme Kae, enchantée. »

Pour sur qu’elle n’allait pas dire son nom en entier à deux inconnus venus à l’improviste et qui l’avaient, en toute logique, quelque peu manipulé avec la boucle d’oreille. La jeune femme s’empressa d’ajouter, avec toute l’ironie qu’elle était capable de faire suinter de sa voix, somme toute, agréable à l’oreille, tout en faisant une petite courbette de circonstance, ou par pure provocation, sans baisser le regard afin de ne pas se faire surprendre.

« Je suis désolée, je n’ai ni nourritures, ni boissons, à vous offrir. »

Enfin au moins, elle ne semblait pas réticente à discutailler un moment. Peut être que la voleuse essayait de gagner du temps, ou de dresser un profil psychologique des deux individus, afin de les brosser dans le sens du poil pour se tirer de cette fâcheuse situation. Elle tenait le regard des deux jeunes gens, attendant posément, le corps légèrement de trois quart, afin de ne pas présenter tout son buste à une attaque potentielle. Elle sentait le poids du pistolet contre son flanc, dans l’une de ses poches, et cela la rassura quelque peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuri Clayd
Néophyte
avatar

Messages : 53
[IRL] Surnom : Bia

Feuille de Personnage
Guilde: PainMakerS
Niveau: 12
Espèce: Boëcay

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Lun 13 Juil - 11:34

Les deux hommes se regardèrent, amusés. Clayd, de par sa nature timide et son attitude complètement déphasée ne faisait que rarement objet de ce genre de coïncidence : lorsque la même pensée vint à deux esprits, en même temps, et qu'inexplicablement ils se la confient en un regard, et rient d'un point commun toujours tenu sous silence. Quelque chose que l'homme appelle l'instinct, mais que les PainMakerS appelleront bientôt la télépathie.

Rien ne sera plus laissé au hasard, l'équipe qu'était entrain de former l'archange serait parmi les pires fléaux de l'Histoire. Sued se mordra les doigts d'avoir dépêche sur son monde, des doctrines aussi vides et drastiques. Il a créé la vie, fait naître l'intelligence, n'a toujours aspiré qu'à la liberté ; mais il fait des lois, des régimes qui jamais n'ont contenté ses créations. Les sephiroth et les suedels ont été créé avec l'amour de l'humain, à l'image de leur père. Et inéluctablement, ce n'est ni la faute de la vie, ni celle de l'irrépressible et infatigable désir des êtres de posséder ; mais bien la faute de Sued si ce monde, jamais n'a su assouvir les désirs de ses habitants. Les PainMakerS prennent leur vie pour un châtiment et feront de ce monde une géhenne ou le sang et les flammes suffiront à créer la satisfaction, vivre sera une plaie et Sued verra son paradis peuplé de ces chers êtres, les responsabilités qu'il a confié à ses essences, par flemme ou par flegme ne seront plus que siennes. Le monde ne connaîtra la paix qu'une fois qu'il sera lavé des rêves et de la liberté, lorsque la vie sera un tel supplice que mourir deviendra une aubaine ; lorsqu'enfer ou paradis ne sera qu'un choix de seconde zone tellement Terra ira jusqu'à annihiler le sourire, le plaisir et l'espoir ; plus personne ne se vantera d'avoir ne serait-ce qu'une once d'idée, le fait même de songer aura été liquidé par l'indicible souffrance qui constamment torturera leur cinq sens.


" Nous n'avons besoin ni d'argent ni de nourriture. Nous te voulons, toi. " Ils n'avaient rien préparé, pas même émis une ou deux idées. Improvisation, toujours et seulement. Linkyel, manquant d'inspiration fit un pas en arrière et laissa les reines à son compère.

" Laisse moi te raconter une histoire... " D'un simple geste de la main, il invita tout le monde à s'assoir, à former un petit triangle. S'il s'était évadé à 8 ans, par la force des choses, il avait su s'instruire, il avait su préparer son arrivée en ce monde. Il n'était pas un grand érudit, pas autant que le Sephiroth qui l'accompagnait, mais il avait un don pour conter les histoires.

" Je vais te raconter l'histoire des enfers.
Il était une fois un ange. Un ange très puissant, comme tu le sais sûrement les anges sont une espèce à part entière, le paradis est leur monde et ils sont les outils du tout-puissant. Cet ange se nommait Lucifer. Il avait toujours été parmi les plus caractériels et probablement les plus haineux, jaloux des êtres vivants sur Terra. Des êtres que Sued portait en son coeur, auxquels il offrait une patience infinie ; alors qu'il avait suffit à Lucifer de commettre une seule erreur pour se retrouver banni du paradis pour l'éternité.
Il vivait donc sur terra, tuant humains sur humains avec pour seule règle de ne tuer que les pêcheurs. Comme tous les anges il regorgeait d'un savoir extraordinaire, il connaissait toutes les vies et refusait de croire que des prêtres à demi croyant avaient le droit d'offrir le pardon d'un Sued qui ne l'avait même accordé à l'un de ses anges les plus importants.
Malheureusement de millénaires en millénaires, celui que l'on pourrait assimiler au premier Suedel que terra n'ait jamais vu, perdait la foi et gagnait en haine, encore et encore. Dans une ultime tentative pour se laver de ses pêchés et pouvoir revenir au paradis, il échoua, arrêté par Sued lui-même. Mais Lucifer avait gagné en pouvoirs, en savoir et en détermination. Ils se livrèrent un combat titanesque dont aucun ne sortit vainqueur. D'un commun accord ils créèrent l'enfer, un lieu où Lucifer pourrait s'adonner à sa plus grande passion en toute liberté : punir les pêcheurs. C'est ainsi que naquit l'endroit le plus horrible qui soit. "


Yuri se tut. Et Linkyel prit la parole à son tour.

" Lucifer est un faible. Par respect pour son créateur il accepta de quitter le monde des vivants, le laissant dépérir. C'est par sa faute si aujourd'hui nous avons frôler l'apocalypse, par la faute de ces gens qui s'amusent de la tragédie comique que nous leur offrons, nous habitants de Terra. Et il est temps que cela cesse, au plus vite. Nous userons de tous les moyens qui existent pour tendre nos fils sur son monde, et partir en croisade dans l'au-delà. Seras-tu des nôtres ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaerille
Néophyte
avatar

Messages : 81

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 9
Espèce: Humaine

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Lun 13 Juil - 14:26

Kaerille n’avait pas pour habitude de couper la parole à des personnes discourant avec elle, même si par moment, l’envie et le cœur ne manquaient pas. Ses yeux ambrés allaient d’un interlocuteur à un autre. Ils ne semblaient pas dangereux dans leurs intentions, bien que leur aura dégagée quelque chose qui ferait frémir une proie ou un cerveau craintif. Ils ne semblaient pas disposés à lui laisser la parole, du moins, pas encore. Parler était un exercice de style que la voleuse aimait pratiquer, étant donné que le vol ne se faisait pas qu’en faisant discrètement les poches – et les oreilles, des personnes qu’elle croisait. Kaerille aimait aussi entourlouper quelqu’un pour profiter de ses biens. Et tout cela passé par le discours. Alors qu’elle inclinait la tête pour consentir à écouter la petite histoire, elle suivit le mouvement et posa son derrière sur le sol dénivelé composant les chantiers. L’image du petit groupe improvisé fit sourire la jeune femme bien malgré elle. Deux hommes et une femme, dans les ténèbres hantées d’un lieu empli d’esprits ayant perdus le chemin vers le royaume des morts, parlant, à la manière de comploteur ou presque, autour d’un bon petit trésor, dont les pièces dorées faisaient offices de feu de camp, illuminant chichement par reflet, quelques coins de visages.

Kaerille allongea les jambes et posa ses mains sur le sol derrière elle pour étendre son buste et détendre ses épaules. Elle était en parfaite ouverture face à ses interlocuteurs, et même si elle ne leur faisait pas confiance, elle adoptait sciemment une conduite pacifique et encline à discuter. Poliment, elle écoutait le ménestrel. Finalement, son ami, ou son compagnon, voir son amant, elle n’en savait rien, conclut la petite histoire en lui demandant directement de passer un contrat implicite.


« Quel homme direct… »

La jeune femme pencha la tête en arrière, déliant son cou pour regarder le plafond, offrant sa gorge, non sans surveiller son petit monde du coin de l’œil. Elle n’était pas folle, simplement, elle s’employait à tester les deux compères pour voir s’ils l’endormaient par des histoires, ou s’ils s’intéressaient vraiment à elle.

« J’ai simplement une question, dit-elle en regardant le plafond, ou du moins, l’échafaudage qui faisait office de toit. Pourquoi moi ? Vous m’avez suivi ici depuis la salle de pari pour me raconter une histoire ? »

Tout en murmurant sa dernière phrase, elle reporta son attention sur les deux hommes, rivant tour à tour la flavescence de ses yeux, à l’iris de ses interlocuteurs. Bien qu’elle ne croyait en rien, si ce n’est en elle, et que pour ce qu’elle savait, que les hommes en étaient là, non pas à cause d’anges, mais plutôt à cause de leurs actes, sa curiosité s’en trouvait piquée. Libre, la demoiselle ne s’engageait jamais bénévolement, et s’il n’y avait rien à gagner, une cause religieuse ne la déciderait surement pas. Néanmoins, elle n’était pas dépourvue d’une certaine logique, si bien qu’elle pouvait y trouver son compte quand même. Mais, comment accepter quelque chose quand les objectifs, et les ambitions, n’étaient pas clairs, qui plus est en faisant confiance à deux étrangers ? C’était plus de la stupidité qu’autre chose, et c’était bien pour cela qu’elle n’avait pas encore répondu à la demande, sans avoir plus de détails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuri Clayd
Néophyte
avatar

Messages : 53
[IRL] Surnom : Bia

Feuille de Personnage
Guilde: PainMakerS
Niveau: 12
Espèce: Boëcay

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Lun 13 Juil - 18:42

" Personnellement, oui. J'en ai même plein d'autres. "

Pendant leur longue escale jusque Pandémonium, Linkyel avait travaillé l'accent de Yuri, il était important de savoir modeler sa voix, de ne plus avoir peur de s'exprimer, ou tout du moins de la cacher. Il avait compris, que pour être un bon assassin il ne devait être personne, modeler celui qu'il serait en fonction des ordres et de la mission, rien de sa nature propre ne devait pouvoir influencer sur son comportement, sur ses choix. Même dans la plus grande intensité, il devait être opérationnel. Et il le serait.

" Nous avons fait tout ce chemin, pour vous recruter ma demoiselle. Ce que nous savons sur vous... Inutile de vous mentir, excepté ce "Kae" et quelques observations, rien. Si vous vouliez à votre tour nous raconter une histoire vous pouvez. "

Les deux hommes restaient immobiles, leurs yeux consacrés tout entiers à leur interlocutrice. Ils ne rataient rien de ses gestes, mouvements, aucun mimique ne l'habillait, preuve d'une grande maîtrise. Plus la discussion avançait et plus cette plaque de verre, qui devant eux se maquillait de mille couleurs les confortait dans leur choix. Le fait que personne n'ait surenchérit après l'intervention provocatrice de Linkyel indiquait qu'il avait mal répondu aux questions, et que Yuri avait la tête ailleurs. Car en effet si sa vue n'en avait que pour Kaerille, ce que nous appelleront sixième sens, était aux aguets, guettant jusque l'horizon la moindre bribe de vent, le moindre halo de lumière, la moindre variation de température.

" Je m'explique. Nous avons un sniper qui ne loupe jamais sa cible de 0 à 4000 mètres de distance, un demi-dieu capable de mettre en échec une armée entière. Nous recherchons quelqu'un capable de se rapprocher de quiconque sans qu'il n'émette le moindre soupçon. Nous avions penser à un enfant, mais ces bêtes là sont trop émotives ou instables, il nous fallait quelqu'un de fiable, quelqu'un qui sache faire des sacrifices, quelqu'un qui n'ait à perdre que sa vie, et qui pour la garderait la vendrait aux pires souffrances. Il nous faut une femme que le désespoir a transformé en félin, en une fée que le sang fait sourire. Et cette personne, c'est toi. "

Il aurait bien continué, déblatérant ses conneries jusqu'aux confins de la nuit. Mais la jeune femme savait lire dans la vérité, savait où se cachait la sincérité. Et il était inutile à Linkyel de lui lister tout ce qu'il savait. Son assurance, la véracité de ses propos et la perfection de son discours, dénué d'hésitations ou de pause, offrait à la jeune femme toutes les réponses qu'elle désirait. Assurément, cela ne lui suffirait pas, enfermé à Pandémonium, les gens ne connaissent en général que le faux du monde. Mais il suffira de quelques soirées et quelques batailles pour clore cet épisode toujours aussi pénible : le recrutement.

Ensemble ils deviendront grands, craints et indispensables à ce monde vide et peureux. Ils seront adulés par les fous, hais par les sains, ils trahiront leur foi, leurs cœurs, mais jamais leur éternelle complicité. Ils mèneront cette croisade avec une main de fer, ne défailliront jamais et seront toujours présents les uns pour les autres. Plus fort qu'une armée, plus solide qu'un état-major ils seront les coupables du génocide le plus dégueulasse de l'histoire, il s'échelonnera sur des dizaines de mois et terrassera plus d'âmes encore que l'au-delà n'en habite. Lorsqu'ils voleront ils feront trembler la terre, lorsqu'ils marcheront ils feront fuir le soleil. Nul faisceau ne saura les garder en ligne de mire plus d'un instant, tellement leur aura tétanisera les yeux jusqu'à aveugler.


" Au fond de toi, tu veux quitter ce triste monde. Ton potentiel est grand, tu le sais. Ton assurance, et ta méthodologie sont immérités, tes exploits ici ne valent pas ceux de Yuri à ses dix ans. Tu es pourtant plus forte que lui au jour d'aujourd'hui. C'est dur de se dire que toute ta vie, tu n'as rien fait qui soit à ta mesure. Je t'offre le moyen de te rattraper. Saisis ta chance, sache que tu n'as pas le choix. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaerille
Néophyte
avatar

Messages : 81

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 9
Espèce: Humaine

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Lun 13 Juil - 20:00

La jeune femme planta ses yeux dans le regard du stigmatisé suite à sa remarque. Quel curieux personnage. Elle n’avait pas l’habitude de ce genre de personne, et elle devait reconnaître que c’était le premier de son espèce qu’elle voyait de s’y près. Sans trop le vouloir, et peut être parce que cette phrase toute simple avait touché quelque chose dans son inconscient, elle lui fit un sourire, pouvant signifier plusieurs choses : La remarque amusante et décalée, en passant par le fait qu’elle ne serait pas contre de jouer les auditrices à ses heures perdues, pour d’autres histoires de ce genre. Le monde manquait d’histoire, ou du moins, de personnes sachant les raconter.

Toujours était-il qu’ils pensaient que ce « Kae » n’était pas son nom. Plutôt perspicace les deux larrons. Mais en même temps, ils ne semblaient pas être nés de la dernière pluie. Ils avaient plus d’un tour dans leurs sacs, et elle devait encore savoir lesquels, avant de songer à faire quoique ce soit pouvant amener à une issue physique et musclée à cette conversation. Ce que la voleuse ne souhaitait pas pour le moment. Elle reporta son attention sur l’elfe à la chevelure d’or, qui semblait monopoliser les temps de parole. Kaerille n’y mettait pas du sien pour combler les trous. Il fallait dire qu’elle se sentait un peu perdue dans tous ses discours qu’elle ne saisissait qu’en partie. Du coup, elle assimilait pour répondre, ce qui pouvait laisser un blanc gênant.

La jeune femme aux cheveux verts adopta une posture plus normale. Elle se redressa quelque peu, ramenant ses jambes pour les disposer en tailleur.


« Hum… Je suis flattée par tant de compliments. Maintenant, est-ce qu’ils sont justifiés ? »

La question resta en suspend, elle n’avait aucune envie d’y répondre. Soit elle se dévaloriserait, soit elle prendrait la grosse tête, et elle n’aimait ni l’un ni l’autre. Mais toute cette belle tirade la laissa méfiante. Méfie-toi du renard beau parleur. Néanmoins, elle devait reconnaître qu’allait de l’avant dans sa vie quotidienne et morne, serait un grand pas pour son futur. Il était vrai qu’elle gâchait son talent dans se trou perdu. Elle ne se ferait jamais un nom ici. Mais voulait-elle vraiment s’en faire un ? Elle n’en savait rien. Piquée par la curiosité, Kaerille décida de jouer le jeu, histoire de voir.

« Et si je n’aime pas tuer, si le sang me fait frémir d’effroi plutôt que d’extase ? Et quand bien même je me joindrai à vous, à part la renommée que vous promettez, qu’ai-je à y gagner de matériel ? »

Tant de questions. Et malheureusement, ce n’était pas fini. A eux deux, ils pourraient ce souvenir de tout ce qu’elle allait demander. Puisque c’était son temps de parole, autant l’utiliser à bon escient.

« Êtes-vous une organisation secrète ou un truc du genre ? Que cherchez-vous à renverser précisément ? A la crainte que vous m’inspirez, continua-t-elle en pointant du nez l’elfe, je suppose que vous êtes le « demi-dieu » ce qui veut dire que vous êtes le tireur, poursuivit-elle en désignant le stigmatisé. Je n’aime pas tuer. Mais je ne veux pas me faire tuer non plus, et je suis près à échanger volontiers ma vie contre celle d’un autre dans un moment délicat. Mais je fais en sorte de ne pas les provoquer, ces moments délicats… »

Kaerille cessa de parler, consciente qu’elle en disait un peu trop pour un échange banal. Quoiqu’il n’avait rien de banal. Mais elle voulait que ce soit clair, qu’ils comprennent son fonctionnement, pour pas qu’ils aient un jugement erroné de sa personne. Elle venait juste de remettre les choses au clair. Voilà, il ne s’agissait que de ça, elle n’avait rien accepté du tout. Mais c’était comme ci elle avait fait un pas en avant dans le sens des deux inconnus, sans trop le faire consciemment, poussée par sa curiosité. Après tout, ce genre de ragot pouvait se revendre cher, et il était bon de se faire un petit réseau d’indics pour un voleur. Un jour ou l’autre, elle en aurait tout plein à ses pieds. Oui, elle avait de l’ambition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuri Clayd
Néophyte
avatar

Messages : 53
[IRL] Surnom : Bia

Feuille de Personnage
Guilde: PainMakerS
Niveau: 12
Espèce: Boëcay

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Mer 15 Juil - 12:47

" Ces moments viendront à toi, sans même que tu les provoques. Le monde dort, tout le monde se pense en sécurité. Mais comment expliques-tu la présence de gens comme moi ? Crois-tu que je sois venu seul ? Pas le moins du monde, mes semblables fomentent dans le dos des vivants pour leur soutirer leurs biens, et imposer à ce monde ce qu'ils appellent, la stabilité. Mais à quel prix ? La terreur, le mensonge, les éradications d'espèces, d'âmes et de vie pour soit-disant suppléer leur dieu ? Celui qui se prend pour mon père ne veut pas cela. Il nous créé afin que nous vous surveillions, que nous évitions que vous vous massacriez. Au lieu de cela, ils se placent aux toits des mondes, vivants comme morts et font de leur règne une machine à persécuter, de leurs pouvoirs des armes à disséquer hommes comme âmes. "

Linkyel se perdait dans ses propres rancoeurs, argumentant ses désirs de quelques sifflement haineux, insufflant à sa volonté un souffle si puissant, que ses convives sentaient son aura s'emporter. Un regard calme vint éteindre ces flammes naissantes, Clayd avait posé sa main sereine sur la chaude épaule de son partenaire. Un sourire en coin, il jouait parfaitement bien la comédie, celui qui serait le métronome de cette assemblée, l'horloge de ce groupuscule avait déjà compris son rôle, il était compétent, et usait de ses pouvoirs à bon escient. Une vague de mana, une vague d'apaisement s'empara alors de Linkyel, il se calma, et céda la parole.

" Nous ne sommes ni une organisation, ni une entité quelconque. Nous sommes les PainMakerS, nous doublerons nos comparses. Nous perturberons leur plan, et détruirons leurs intentions. Nous laverons ce monde du fléau qui se dresse devant lui puis nous nous emparerons du monde des morts, pour que chacun trouve le repos dans l'au-delà. Leur petit jeu a assez duré. Nous ne sommes guider ni par l'amour ni par l'héroïsme, nous sommes emplis de haine.

Tous en ce monde, nous sommes capables de tuer, et si toi tu es assez noble pour ne le faire que pour échapper à ta mort, certains ne le font que pour le plaisir, la gloire ou le mérite. La mort ne fait plus peur, seule sa propre mort terrifie, les gens sont devenus égocentriques, ils ne pensent plus comme une société mais comme un seul être. Nous ne sommes point différents d'eux, c'est indéniables. Mais nous nos buts sont claires, et notre détermination infaillible. Le temps nous tuera, le temps nous aura, mais avec le temps qui nous est imparti nous nous battrons, sauvagement s'il le faut, lâchement si le besoin s'en fait sentir.

Nous ne sommes point des héros qui vivent pour sauver l'univers. Nous sommes des personnages qui ressentent le besoin de s'opposer à leur triste sort. Nous avons une doctrine et des objectifs, une ligne de conduite et du pouvoir. En te joignant à nous, tu ne gagneras point la gloire, tu tueras à tours de bras, mais tu auras en ta possession tout ce à quoi tu aspires. "


Clayd n'avait quitté les yeux de son interlocutrice. Tous désormais assis dans la même position, un silence prit place au devant des grands discours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaerille
Néophyte
avatar

Messages : 81

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 9
Espèce: Humaine

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Mer 15 Juil - 16:39

Kaerille écoutait. Encore une fois. Elle ne semblait pas avoir la conversation facile à côté de ces deux là. Mais comme elle le pensait, ils essayaient surtout de la convaincre d’adhérer à leur organisation… Non, pas une organisation, mais les PainmaskerS. Pourquoi pas après tout ? Qu’était le monde pour elle si ce n’est une grande poche où il faisait bon piquer ? Mais devait-elle se satisfaire de cela toute sa vie durant ? Elle avait devant elle deux hommes qui lui offraient un avenir, et même dans la mort, selon leur dire. Elle n’était pas croyante, et la mort, bah… Elle n’y avait jamais pensé jusqu’ici. Elle ignorait de quoi était fait le fameux sommeil éternel. Vivait-on sans l’enveloppe charnelle dans un monde plus rond que celui-ci ? La vie était-elle paisible ou aussi chaotique que maintenant ? Quel ironie de parler de vie dans la mort… Quoiqu’il en soit, elle aimait bien se poser des questions, et peut être qu’elle trouverait des réponses dans leur quête, en se joignant à eux. Ou peut être qu’elle aurait plus de questions encore… Néanmoins, la pensée de ce joindre à ces deux personnages faisait son chemin dans l’esprit lucide de la jeune femme. Elle ne voulait pas prendre une décision à la va vite.

Elle ressentait, bien malgré elle, les tensions du demi dieu, la tempête interne, et puis le calmant. Elle était déroutée pour tout ça, peu habituée à côtoyer d’autres personnes ayant du mana en eux, et sachant l’utiliser. A sa façon d’être, l’elfe semblait vraiment croire à ces paroles, et la conviction suintait de tout son être. Elle était touchée, elle qui n’avait jamais rien crue en rien, qui n’avait que l’ambition de vivre au jour le jour, sans destin de quelconque nature. Kaerille laissa planer le silence un petit moment, avant de répondre.


« Si je comprends bien, vous voulez faire prendre conscience de la valeur de la vie aux gens ? Un truc du genre ? Et euh… »

Elle avait reçut trop d’information, et elle devait mobiliser sa mémoire à court terme pour se souvenir de ce qui venait de ce dire. Elle repensa à la mort, et la question suivante vint toute seule.


« Quand vous parlez dans le royaume des morts, ça ne sous entend pas un suicide collectif ? Je me méfie des trucs sectaires… »

Une fois les quelques points éclaircis, elle serait presque sur le chemin d’aller dans leur sens, de ce joindre à eux. Avec ses conditions bien entendu. Ils devraient faire des concessions s’ils tenaient tellement à l’avoir à leur côté. Certes, elle ne leur faisait pas confiance, mais elle avait envie de voir ce dont il retournait concrètement. Et puis, peut être qu’elle y trouverait son compte, qu’elle se ferait plaisir, ou un sentiment s’y ressemblant. Bref, elle n’était pas contre de passer un moment avec eux, quelques jours pour voir s’ils étaient sincères, ou s’ils voulaient abuser d’elle avec des fadaises. Ils devaient comprendre qu’elle avait affaire à deux hommes certainement plus costauds qu’elle et qu’elle craignait pour son intégrité physique et morale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuri Clayd
Néophyte
avatar

Messages : 53
[IRL] Surnom : Bia

Feuille de Personnage
Guilde: PainMakerS
Niveau: 12
Espèce: Boëcay

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Jeu 16 Juil - 15:14

" Nous trouverons un moyen de voyager entre les mondes, inutile de se donner la mort. Et nous agirons d'une seule et même voix, si un seul d'entre-nous s'oppose à une décision, nous ne l'appliquerons pas. Il n'y aura ni gourou, ni secte.

En tout cas tu as très bien résumé la chose, nous allons leur ouvrir les yeux. "


Linkyel se leva, Clayd le suivit. Le premier s'approcha de Kaerille pour la relever, un sourire d'enfant satisfait habillant son visage, tandis que Clayd restait immobile, froid et le regard perdu à l'horizon. Kae accrocha la main du Sephiroth et se laissa remettre debout.

" Bienvenue parmi nous, Kae'. "

A trois, ce n'est plus un duo, c'est déjà le début de ce fameux groupuscule, les PainMakerS étaient et c'était la première fois. Linkyel, Yuri et Kaerille s'échangeaient un regard à la fois anodin et empli de soupçons, tout était encore si fragile. La toile était anthologique, trois démons, dressés droits au devant de la somptueuse Pandémonium, endormis en cette nuit à l'astre timide, fomentant contre la capitale de ce monde. Trois auras aux coloris qui diffèrent, trois styles que tout oppose, mais dont la fragile alchimie comprend un potentiel inégalable. Les cheveux aux vent, ors pour le stigmatisé, argentés pour le Sephiroth puis émeraude pour Kaerille, l'humaine ; trois immenses auras, immobiles et apaisées. Les prémières fluctuations émanèrent de Yuri.

" Hoy. "

" Beuuuuuuursk, blouuuuuuuurg... !? "

Clayd et Linkyel réagirent en même temps, deux katanas, deux pistolets, et une formation de combat déjà bien huilé. Yuri sauta se poster devant la jeune femme, ses pouvoirs leur permettraient de rester indemnes dans toutes les situations. Linkyel quant à lui, avait déjà commencé son incantation.

" Que de ma lame, les yeux celestes jallissent ; que ma lumière de son éclat absolu, éteigne toutes les autres ; que sa splendeur taise leurs espoirs et que son ardeur fasse s'abattre la tempête qui depuis des décennies m'habite. Grandis ! "

Ses deux katanas tendus dans le prolongement de ses bras, perpendiculèrement à son corps, le halo de lumière qui l'entourait fusionnant avec ses lames d'acier, il semblait d'un autre monde. Alors que l'écho de sa dernière syllabe résonnait encore, une vague d'énergie hallucinante creusa un léger cratère juste sous ses pieds. Clayd se retourna vers la jeune fille et posant ses mains sur ses épaules, il l'allongea à ses côtés. Des deux lames luminescentes de leur chef jaillirent deux immenses faisceaux de lumière, longs d'une quinzaine de mètres il se mit à tournoyer sur lui-même, la mana ainsi générée détruisit sans peine les quelques spectres qui s'étaient aventurés trop prêts.

" Ce sont des fantômes rongeurs et ceux-là des éclaireurs, mes attaques sont inutiles. Je me replie avec Kaerille. "

" Ca marche, restez dans un périmètre de cent mètres que je sente vos auras sans trop d'efforts. "

" Hi. Iku'sae. "

Premier combat, premiers automatismes. Linkyel se battrait seul contre ses fantômes, les attaques de Yuri ne sont pas faites pour le combat de mêlé, encore moins contre des fantômes que ses balles traversent. Les deux recrues du Sephiroth se mirent à courir tout en gardant un oeil vigilant sur Linkyel. Tous sentaient une grande quantité de mana s'assembler à l'horizon, Kaerille connaissait ce phénomène.

" Les meilleurs fantômes se rassemblent en un seul, je ne sais pas pourquoi mais ils en veulent à ton ami. "

" Dans le passé les Sephiroth ont tué des milliards d'individus, il use de cette même magie, probablement que ces âmes veulent se venger. "

" Méfions-nous quand même, ces fantômes ne présagent jamais rien de bon. Souvent quelques accro-bats les talonnent de près. "

" Je les entends, ils se battent avec des ondes hautes fréquences, facile. "

Clayd s'arrêta à cinquante mètres au dos de Linkyel, il se mit en position de combat, un pistolet brandit droit devant (par sa main gauche) et l'autre pointant vers l'arrière tenu au niveau de son flan gauche. Kaerille quant à elle commençait à inonder son corps de Mana, ses attributions allaient servir pour espionner les alentours sans détourner l'attention des deux hommes. Autour de Yuri une sphère de mana pure se consituait, agressive et sombre, elle portait en elle toute sa haine, sa colère et son esprit vengeur et morbide.

Ca commençait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaerille
Néophyte
avatar

Messages : 81

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 9
Espèce: Humaine

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Ven 17 Juil - 19:28

Avait-elle choisi son chemin dans les méandres de son avenir en acceptant implicitement de les rejoindre ? Ou bien, tout cela était-il écrit si bien que de toute façon, elle n’avait pas le choix ? Le choix, elle ne l’avait jamais eut réellement, comme le montrait ce dénouement quelque peu rapide. Mais pourquoi réfléchir plus encore ? Elle avait prit la décision de les rejoindre pour quelques jours seulement, une période d’essaie en quelque sorte. Bon et maintenant qu’elle était une des PainmakerS ? C’était quoi la suite du plan ? La jeune femme essayait en vain de trouver quelque chose en elle qui ait changé, mais elle ne trouva rien de spécial, si ce n’était qu’elle avait sans doute prit conscience de certaines choses, même si elle les ignorait encore. Elle se contentait de regarder au loin, les ruines, sans pouvoir discerner correctement les contours des constructions avachies, quand les fantômes décidèrent de ce joindre à la mascarade. Il n’était pas question qu’elle laisse son butin ici, aussi dérisoire soit-il. Et puis, il y avait pas mal d’argent, en plus d’objet de valeur. Mais bon, les fantômes n’en avaient rien à fichtre des biens matériels, ce qui suscitait leur intérêt, c’était les humanoïdes pourvu d’une âme, et gorgés de mana.

Les deux hommes avaient un semblant de tactique, qu’ils mirent en place rapidement, pour faire face à la menace éthérée. Kaerille se retrouva derrière le stigmatisé sans qu’elle n’ait put réagir autrement. Elle n’aimait pas trop qu’on la protège… Cela touchait son honneur, mais pour le coup, elle ne fit aucun commentaire, voyant plutôt une marque d’attention derrière ce geste. Quoiqu’il en soit, elle pourrait leur prouver qu’elle était une grande fille par la suite. Une louve solitaire qui venait de trouver sa meute… Le temps jouerait en faveur de sa capacité à être un plus sociale. La jeune femme sentait les fluctuations de mana dans les environs, et elles n’étaient pas seulement dues au déchainement de pouvoir auquel s’adonnait l’elfe lumineux. Les spectres y étaient pour quelque chose. Elle connaissait bien les lieux, pour y être venu une paire de fois. A chaque fois, elle était passée inaperçue. Maintenant que les deux autres étaient là, ils venaient de se faire repérer par les dévoreurs de mana. En effet, le remue ménage attirait les accro-bats en même temps. Au moins, elle pourrait toucher ses créatures, ce qu’elle ne pouvait pas faire pour les fantômes. Le stigmatisé était dans la même position qu’elle. Les fantômes restaient donc à la seule portée de l’elfe.

Kaerille entama sa danse avec les ombres, d’ailleurs, la sienne entreprit, bien que tout ne soit que ténèbres, de grimper sur son corps tout frêle, la masquant progressivement à la vue d’autrui. Ainsi, elle n’était plus qu’une ombre parmi les ombres, plus noire que les ténèbres, elle se mouvait dans un univers familier, et réconfortant. Mais elle devait se méfier des chauves-souris mutantes. Avec leurs ultrasons, elles pouvaient aisément repérer Kaerille qui bien que masquée, gardait toutes les propriétés physiques d’un corps solides, et les ondes soniques revenaient donc dans le capteur interne des bestioles qui pouvaient ainsi la voir sans leurs yeux… Mais la jeune femme devait identifier ce qui ce préparait en arrière fond de cette petite attaque d’opérette. Alors qu’elle filait droit, rasant les murs pour se fondre dans le décor au maximum, Clayd quant à lui, acheva la sphère de mana qui l’entourait. Ainsi, tout ce qui s’introduisait dans cette sphère passait sous le contrôle, partiel ou total, du stigmatisé. Faites de mana, et très certainement de haine, les fantômes rongeurs s’écartèrent, restant en périphérie. Leur attention était focalisée sur ce bouillon de mana qui pouvait leur servir de nourriture puisque leur nature les poussait à se repaitre du mana des humanoïdes qu’ils traversaient de leur corps éthéré. Au moins, ils étaient tenus à l’écart. Les chauves-souris, comme prévu, arrivèrent bientôt, furtif mouvement dans les airs, près d’un échafaudage ou d’une statue sans tête, volant près des voutes, elles s’orientaient comme si elles étaient en pleine journée.

De son côté, Lynkiel jouait à merveilles de ses lames, dansant comme le spectre de la mort, pourfendant ici et là des corps intouchables par des armes conventionnelles, usant d’une économie de mouvement démontrant que l’elfe, bien que fier utilisateur de la magie, était rompus à des exercices physiques et techniques, concernant le maniement de ses deux sabres. L’effet de sa magie était certes limité, mais il était suffisant pour se débarrasser des quelques fantômes restant. Des coups de feu retentirent, les flashes de lumières ajoutant un peu de couleur au drame en noir et blanc qui se jouait dans cet endroit maudit des mortels. Le stigmatisé faisait honneur à son titre de tireur d’élite en abattant des accro-bat en plein vol. La sphère qu’il avait érigée autour de lui empêchait les animaux de foncer sur son corps pour le lacérer de leur griffe. Néanmoins, la technique n’était pas totalement maitrisée, et lorsqu’un de ces fichus animal entreprit d’hurler en sa manière, déchainant une vague d’ultrasons qui vrillèrent les oreilles de l’elfe comme du stigmatisé. La sphère sembla vaciller un moment, mais l’obscur animal tomba raide mort, foudroyé par une balle qui avait rompu la majeure partie de ses os, le tuant dans les secondes suivantes. Néanmoins, les deux hommes avaient perdus un sens pour quelques secondes, et tout cela était assez déstabilisant.

Kaerille revint sur ses entrefaites, porteuse de nouvelles, et pas que des bonnes. En effet, les fantômes s’étaient regroupés en trois Spectre Olombo. C’était la première fois qu’elle en voyait un… Mais trois… Ils devaient être dans le coin, puisqu’ils ne pouvaient se former au contact seul des fantômes. Malgré tout, les perturbations ambiantes avaient fait qu’ils avaient aspirés ou absorbés, des myriades de fantômes… Et maintenant, ils allaient marcher sur eux, y voyant peut être là une façon d’arrêter de courir… La jeune femme aux cheveux vert semblait aussi calme qu’à l’accoutumé, bien qu’une petite frayeur s’insinuée vicieusement en son âme. Néanmoins, elle avait dégainé son arme, d’un plutôt gros calibre. Elle ne savait pas bien tirer avec, mais en étant masquée par les ombres, elle pouvait approcher, ou ajuster sa cible en prenant un plus son temps. Ainsi, elle pourrait faire mouche à chaque fois… Si bien entendu les projectiles pouvaient quelque chose contre ce genre de bête. Plus rapide, elle les avait devancé alors qu’ils terminaient d’absorber la masse compacte de fantômes, mais le bruit des sabots annonçaient leur arrivée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaya
Néophyte
avatar

Messages : 138
[IRL] Surnom : Bug

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 6
Espèce: Sramans

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Dim 19 Juil - 18:32

En cette belle, douce et tendre nuit, Amaya avait décidé de se promener dans les bidonvilles inférieurs de Pandémonium.
Décidé... Plus ou moins. Disons plutôt qu’ici, elle avait de bonnes chances de continuer à passer inaperçue, et peut-être même qu’elle trouverait des camarades de jeu!
Les bidonvilles étaient des quartiers sombres, à l’odeur pestilentielle, mais ils avaient un avantage que n’avaient pas les autres quartiers de Pandémonium: on y trouvait de tout, du bon au moins bon voire au mauvais.
Ce soir, elle voulait voir la lumière de la Lune, en tout cas essayer de voir cette lumière, même si le brouillard et la fumée l’en empêcheraient. Après tout, elle pouvait toujours essayer, et pour ce faire, elle monta sur un toit -en espérant qu’il ne s’effondre pas sous son poids- puis commença sa ballade sur les toits de Pandémonium...

Normalement, les bidonvilles étaient tout SAUF calmes.
Mais, ce soir... C’était trop calme, comme vidé de ses «habitants», ou plutôt locataires. Pour tout dire, même si Amaya n’était là que depuis quelques jour après être partie des ruines où elle avait fait une halte, après avoir déjà passé plusieurs nuits ici, elle pouvait désormais affirmer que c’était trop calme ici.

Des coups de feu. Du mana.

Là-bas! Il y a du bruit!

Intriguée, elle suivit ses oreilles vers le lieu d’où venaient ces bruits, en essayant de se dépêcher et en faisant de son mieux pour ne pas s’étaler de tout son long sur le sol. De toit en toit, elle sautillait, comme si elle jouait.

Là, en hauteur, elle voyait des personnes. Elle se situait à environ une dizaine de mètre d’eux -probablement un peu moins- et à environ deux mètres de hauteur -si la cabane sur laquelle elle se tenait ne s’écroulait pas dans les prochaines minutes, en tout cas-. Il semblaient chercher à se défendre de quelque chose. Peut-être des fantômes dont tant de monde parlait? De ces fantômes qui avaient poussés elle-ne-savait-trop-qui-mais-quelqu’un-de-puissant à fermer les chantiers et à les laisser tomber en ruines? Ou bien il jouaient à chat perché? Surement! Ils devaient chercher à attraper jouer à chat perché! Parce que sinon, pourquoi ils seraient là?! En tout cas, une chose était sure: ils ne jouaient pas à 1-2-3 Soleil, ils bougeaient bien trop pour ça!

Qu’importe, elle avait sous les yeux des gens particuliers -mais à quoi ouaient-ils?-, pas comme ceux qu’elle avait vu ces derniers ours dans les bidonvilles. Elle hésita un instant, se mit à chercher des affaires dans son sac. Elle en sorti trois billes et un bout de tissu rose, sa peluche favorite, Zink-Zink.

Elle commença, d’une main, à jouer avec les trois billes, tenant de l’autre son bout de tissu, enfin, sa peluche.

C’est alors, que, le plus naturellement du monde, de son perchoir, elle hurla en direction des combattants:


«Dites, vous voulez jouer aux billes avec moi?»

Elle arborait un magnifique sourire et faisait désormais signe de la main à ceux qui combattaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuri Clayd
Néophyte
avatar

Messages : 53
[IRL] Surnom : Bia

Feuille de Personnage
Guilde: PainMakerS
Niveau: 12
Espèce: Boëcay

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Dim 13 Déc - 16:20

Yuri ne fit pas attention à la jeune fille qui les suivait. Ses mots furent tel un souffle, négligés et effacés, son esprit était ailleurs. Kaerille par contre, y fit attention, son caractère plus félin et aux aguets faisait d'elle une vraie partisane du détail, et Amaya était, pour l'heure, un détail.

Les fantômes se faisaient de plus en plus rares, une acalmie dans cette déferlante sournoise de corps entièrement constitués de Mana. Les deux amis, haletant se regardèrent l'un l'autre, la première pensée qui leur vint fut : "elle est partie." Rangainant leur armes respectives, ils se préparèrent à battre en retraite rapidement, les fantômes ne pourraient les suivre et perdre plus d'énergie ici serait une bêtise, ils avaient encore du monde à rencontrer, des âmes à rallier. Alors qu'ils commencèrent à se retirer en direction du sud, ils entendirent une voix, lointaine et discrète. L'accuité de l'elfe lui permit de rapidement déterminer la provenance de cette voix.


" Ils sont trois, trois Olombos. A huit heure.

" C'est Kae'. On y va. "

Les deux hommes se mirent à courir, l'elfe flairant leurs objectifs pour déterminer avec plus amples précisions ce à quoi ils s'attaquaient. Yuri quant à lui, réfléchissait, s'il avait jusqu'alors fait fie de l'insondable haine qui l'habitait, il ne parvenait pas à oublier cette humaine, désertant avec toute la discrétion du monde un champ de bataille où les deux hommes risquaient leur vie, en partie pour elle. Les quelques secondes qui les séparaient encore des Olombos lui permirent de dénouer sa langue fourchue.

" Pouvons-nous lui faire confiance ? "

" Il n'a jamais été question de lui faire confiance. Ni elle, ni ces monstres sont une réelle menace pour nous. Cependant, nous devons continuer à limiter nos efforts au strict nécessaire, quitte à simuler de la difficulté. Nous dévoiler est trop dangereux. Pour l'heure notre objectif est de la rallier à notre cause, et nous y parviendrons sans prendre le moindre risque. "

Yuri après quelques cours instants de réflexion acquiesça d'un hochement de tête compréhensif.

" Yahre. "

Les deux hommes fonçaient, l'esprit embrumé par ce doute imperceptible qui les habitait. Devant eux se dressaient des ruines étranges, des ombres à l'illogisme choquant, de doux courants d'air au parfum de murmures, une magie aux traits ancestraux apparemment endormie. A chacun de leur pas, un vague de poussière se levait, mais à chaque pas elle se faisait plus petite, moins volatile comme oppressée par une énergie impalpable. Plus ils avançaient et plus eux aussi souffraient de cette étrange sensation, leur vitesse n'allant qu'en décroissant tandis que leur énergie ne cessait de les fuir. Ils échangèrent un regard inquiet, les deux l'avaient sentie, cette ombre qui sur leur route se dressait tel un colosse habité de morbides desseins. Mais alors que toute la puissance de son corps de Mana laissait s'abattre sur les deux individus une hâche puissante et translucide, ils disparurent. La titanesque et sournoise attaque de l'Olombo s'abatit sourdement sur le sol, une immense secousse couvrit le cri de rage que la bouche béante de la créature spectrale poussait allègrement.

L'elfe et le Sraman s'étaient habilement lancés dans une autre direction, l'un jumelant l'impondérable et sa technique d'évasion : le Lightly, et l'autre étant naturellement plus fort n'usa que d'une infime quantité de mana. Le Boëcay surgit alors dans le dos de la créature, flottant dans les airs, tandis que l'elfe lui continuait sa course en direction de Kaerille. Yuri avait son adversaire.


" Akirameru*. " *abandonne.

Yuri était un tueur, d'humains. Les monstres et autres créatures de Terra n'étaient pas ses ennemis, alors avant chaque combat, il leur offrait la possibilité de se retirer, sans plus amples exactions. Mais le gros spectre déclina clairement l'invitation en faisant pousser un troisième bras dans son dos qui fonça sur le Stigmatisé. Un autre pas de lumière lui permit d'esquiver aisément, il dégaina rapidement ses deux armes et dans un murmure : " Shine* ! " (*crève), il vida la totalité de ses deux chargeurs en direction de ce qui ressemblait à une tête, soit un total de trente-six coups de feu.

Les balles avaient tout bêtement traversé la créature, la faisant tituber quelques peu, mais les quelques 36 spectres assassinés furent immédiatement remplacés par quelques uns de leurs frères. Yuri décida alors de battre en retraite, allant se cacher derrière un mur à moitié effondré, camoufflant sa mana le temps de recharger ses armes à l'aide de sa télékinésie bien rodée. Pendant ce temps là, à quelques dizaines de mètres, Kaerille et Linkyel s'étaient retrouvés et discutaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaerille
Néophyte
avatar

Messages : 81

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 9
Espèce: Humaine

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Dim 20 Déc - 11:17

Il semblait évident que les trois personnes n'étaient pas de taille pour vaincre les Olombos, du moins, dans des délais respectables et sans quelques jours de convalescence supplémentaire ensuite. Car les sabots de pareille bête, bien qu'usés, sont semblables à des bouts des tôles froissées, qui transperceraient aisément la chair, comme un couteau le ferait si bien sur une motte de beurre restée par trop longtemps sur une table à chaleur ambiante. Et Kaerille n'était pas friande de cicatrice... Quand bien même, les aventuriers des ruines maudites n'étaient pas là pour trouver un trésor, et si trésor il y avait eut à trouver, les deux compères avaient mis la main sur un butin plus précieux qu'un amas de pièces d'or, butin aux cheveux émeraudes et aux doigts dextres, l'objet, s'il en est, de leur petite escapade nocturne. Il était maintenant de mettre les voiles, sans métaphore de quelconque nature, puisqu'il s'agissait maintenant, de retrouver un nain sur un continent tout autre que celui de la capitale Pandémonium.

D'ailleurs, pendant que Yuri s'évertuait à distraire l'ennemi, en sa qualité de quadrupède éthéré, l'elfe et l'humaine entreprirent une conversation à voix basse sous le couvert bien maigre d'un amas de béton, destiné par le passé à servir de socle à une statue majestueuse et imposante, de sa taille, et certainement de sa figure emblématique et symbolique. La jeune femme avait à l'esprit la jeune fille qui les avait interpelé d'un toit, mais elle avait eut autre chose à faire que de lui rendre une petite visite sans qu'elle ne s'aperçoive de rien, pour s'enquérir de ses motivations. Qu'importe, il semblait probable, du fait de sa disparition, que l'arrivée inopinée, mais tellement prévisible, des spectres Olombos, l'avait poussée à fuir se cacher dans les jupons de sa figure maternelle.

Quant à Kaerille, elle avait la frousse également, mais le fait d'agir lui procurait également un sentiment d'excitation mêlé, qui lui donnait des ailes. Elle aimait le risque, sinon elle ne serait pas ce qu'elle était là maintenant. Le vol implique une certaine forme d'art, alliée au risque de se faire prendre à tout instant, comme le lui avait démontré les deux individus avec qui elle faisait maintenant équipe. Encore une fois, elle s'en tirait bien... enfin, s'ils arrivaient à s'enfuir indemne de ces ruines maudites.


« Il est temps pour nous de partir. Nous devons voyager plus à l'est pour trouver quelqu'un d'autre. Combattre ces Olombos serait une perte de temps au vue de nos capacités. La retraite semble être une bonne option.
_Ce n'est pas moi qui vais te contredire... mourir dans ces ruines anonymement ne fait pas partie de mes ambitions à court terme. J'aspire, si je dois mourir jeune, à un trépas dès plus tonitruant !
_Viendras-tu avec nous ?
_Bien entendu, j'ai dit que je vous accompagnez un moment avant de me décider. Je suis certes une voleuse, mais j'ai une forme d'honneur qui implique le respect de sa parole. »

En fait, elle ne se souvenait plus vraiment l'avoir dit. Peut être qu'elle l'avait pensée sur le moment. Qu'importe, maintenant, l'elfe était fixé sur le destin qu'allait suivre la jeune femme, en leur compagnie. Il ne restait plus qu'à s'en aller de ce trou perdu. Yuri de son côté, ne prenait pas trop de risque pour distraire les spectres. La conversation, fut-ce-t-elle courte, dura un minimum, qui nécessité un brin de distraction pour les dévoreurs d'âmes. Aussi, plusieurs chargeurs y passèrent. Quittant leur abris suite à ce petit échange, les deux nouveaux compagnons rejoignirent le troisième. Un léger signe de tête de Lynkiel à Yuri, permit à ce dernier de comprendre que l'accord, de principe certes, était plus ou moins acquis. Il était maintenant temps de filer. A l'anglaise de préférence. Ou plutôt, dirons nous, à la Sinevillinenne. Quittant l'abri du pilier, les trois humanoïdes s'en allèrent vers la sortie la plus proche, guidé par une Kaerille féline et expérimentée de ce genre de lieu, puisqu'elle y passait le plus clair de son temps habituellement. Les spectres avaient lancé une poursuite, qui s'était vite arrêtée. Kaerille prenait des passages étroits et sinueux, pour éviter que les gros spectres des équidés ne puissent les suivre. Ils arrivèrent rapidement dehors à l'air libre, cessant de courir, les spectres ne sortant pas de leurs ruines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuri Clayd
Néophyte
avatar

Messages : 53
[IRL] Surnom : Bia

Feuille de Personnage
Guilde: PainMakerS
Niveau: 12
Espèce: Boëcay

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Jeu 24 Déc - 17:42

Yuri avait fini par les rejoindre, après avoir éviter quelques minces contrattaques. Toujours légèrement en retrait, ils écoutaient ceux qui s'apparentaient désormais aux leaders d'un groupuscule qui peu à peu prenait forme. Tous ses sens aux aguets il veillait au grain, ses ondes de mana s'étendant tout autour de lui, c'était les prémices d'une technique qu'il appelerait le Sonar d'Âmes. A première vue ils n'étaient pas suivis, alors à première vue, le moment était opportun pour suggérer quelque chose, apporter tel un vulgaire comparse sa pierre à l'édifice. En un pas, il se rapprocha de la tête du maigre peloton. Avec une voix hésitante et presque inaudible il les interrompit.

" Nous devrions prendre à gauche. "

Kaerille se retourna curieuse, il jouait le timide, alors que tout à l'heure il avait la langue bien pendue ; elle apprenait doucement que Yuri en face de la mort était une personne catégoriquement différente de celle qu'il était d'habitude. Les duex yeux du télékinésistes sombrèrent sous ses cheveux rabattus, il reprit ses distances. Linkyel bifurqua alors sur la gauche, accordant une confiance aveugle à son acolyte le plus vieux, et sans nul doute le plus fiable pour l'instant.

" Pourquoi on a tourné ? "
" Parce qu'il l'a suggéré. Ne t'inquiètes pas, tu apprendras toi aussi à lui faire confiance. "
" Il ne m'apprécie guerre. "
" Il hait les humains, je n'ai jamais vu une personne survivre avec autant de haine en elle. C'est une chance et une preuve inéluctable de sa foi en nous, que tu sois encore en vie. Alors je te prierai de ne pas mettre d'huile sur le feu. "
" Pourquoi les hait-il ? "
" Pourquoi Vous hait-il tu veux dire ? C'est une question à laquelle il m'a interdit de répondre, tu n'auras qu'à la lui poser, quand le moment sera venu. Maintenant, plus un bruit. "

Les PainMakerS venaient d'éviter une patrouille impériale. Probablement grâce à Yuri, même s'ils avaient légèrement ralenti, ils n'avaient cessé de courrir. Leur objectif était simple, et connu seulement de Yuri. Linkyel lui avait ordonné de ne lui révéler ce que mentionnait un étrange bout de papier porter par le Sephiroth. Yuri avait une confiance aveugle en cet homme, qui était en fait la marionnette du Suedel de la mort : Juezel. Et ce bout de papier disait : la prochaine est à Sindia.
Spoiler:
 

" Chevauchons de nuit, et seulement de nuit. "
" Il a raison, des trouveurs Ithafan ont investi la zone. "
" Ils sont du côté du roi, pas d'Ithaf ils nous laisseront repartir. "
" Ne te méprends pas, rien en ce monde n'est aussi simple. Et s'ils ne sont pas avec nous, ils sont contre nous. Ils sont partout, opérer dans l'ombre comme nous le faisons, c'est attiser leur curiosité et leur soif de sang, impérialiste ou théocrathes, ils n'aiment pas qu'on s'immisce dans leur antre. Alors faisons pâle figure le temps de nous former. "

Kaerille était convaincue, les trois hérétiques avait finis de préparer leurs montures respectives :
Spoiler:
 

Ils entamèrent alors la longue route qui les séparait de leur monstre : Katréqutèss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaya
Néophyte
avatar

Messages : 138
[IRL] Surnom : Bug

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 6
Espèce: Sramans

MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   Dim 10 Jan - 19:08

Apparemment, les autres «joueurs» n’étaient guère intéressés par sa proposition.
Mais pourquoi donc? Ils préfèrent donc vraiment jouer avec ces méchants monstres qui aller essayer de leur courir après?
Elle arrêta de leur faire signe et décida d’aller un peu plus en hauteur, histoire d’admirer le combat.


«Un peu de divertissement, pourquoi pas?»

Elle s’installa, tout en continuant à jouer avec ses billes fétiches.
Un combat fort intéressant... Même s’ils s’agitent un peu beaucoup, là en bas.

Amaya avait envie d’applaudir, mais elle se retint. Elle réalisa que les protagonistes présents n’étaient pas de la même race.

Comment se fait-il qu’un Sraman aide un... Humain?

Cela lui paraissait étrange. Fort étrange. Surtout à elle, qui n’avait appris qu’à les haïr. Les humains. Eux. Est-ce qu’il se préparerait quelque chose? Quelque chose de grand? En tout cas, se disait-elle dans un instant de lucidité, il ne faut pas que j’oublie leurs visages. Ni leurs auras. Je dois apprendre à les reconnaître. Eux, ils ne sont vraiment pas nets. Est-ce qu’ils cherchent quelqu’un ici? Que veulent-ils? Peut-être que ce sont des brigands? Ou bien des gens de la milice? Non... Eux seraient venus plus nombreux. Enfin, s’ils s’étaient donnés la peine de se déplacer dans les bas quartiers, ce qui n’arrivera probablement jamais.

Entre temps, le combat était terminé. Les monstres avaient disparu, les combattants aussi -mais maintenant elle se demandait si les monstres étaient bien ceux qu’elle croyait-. Elle se releva. Le silence était lourd ce soir, sous ce ciel étoilé. C’était presque trop silencieux...

Vlan.

Amaya ne resta pas debout bien longtemps. Quelque chose venait de la frapper au dos. Sur le moment, elle se demandait ce que c’était.

«Eh, les copains, pourquoi tant de violence? Jouer n’est pas frapper!» Demande-t-elle, s’attendant à ce que ce soit l’un des combattants qui l’ait poussée à terre.

Elle aurait préféré. En effet, c’était un de ces monstres, un de ces Olombos. Il lui avait sauté dessus, puis, prêt à combattre, avait fait un deuxième saut pour se retrouver en face d’elle.


«Zut. Je ne veux pas jouer avec toi!» dit-elle en se relevant et se disant qu’elle aurait de beaux bleus le lendemain. Elle recula d’un pas, fixa la créature en face d’elle dans ce qu’elle pensait être ses yeux.
«Tu ne me sembles pas être d’humeur à jouer, d’ailleurs, alors si on réglait nos différends autour d’une bonne tasse de thé? Qu’en dis-tu?»

Elle parlait à la bête tout comme si de rien n’était. Le monstre en face d’elle ne devait guère être habitué à ce qu’on lui parle, car, durant un court moment il resta silencieux et immobile. Finalement, il répondit par un grognement informe, un cri de désespoir venant du fin fond de la cité de Pandemonium.

C’est là qu’elle remarqua. Elle saignait. Lors de sa chute, elle s’était entaillé le bras. L’odeur du sang. La couleur. Rouge. Rouge sang. Rouge colère. Finit de rire et de parler gentiment. Un changement s’opéra. Le regard d’Amaya s’assombrit, elle se redressa, elle s’était mise à bouger différemment. Même son aura semblait changée...


«Tu n’aurais jamais dû», dit-elle sèchement.
Elle prit ses billes, tendit sa main et les regarda intensément. Elle usa de son pouvoir de télékinésie pour faire bouger ces billes de métal.

«Sais-tu que parfois, les billes ne servent pas qu'à jouer?»

Les billes tournaient autour de la bête qui, attirée par le mana de ces objets, essayait de les attraper. La créature reculait de plus en plus, jusqu’à atteindre le bord du toit sur lequel elle se trouvait. C’était le but d’Amaya. Elle savait qu’elle n’arriverait jamais à venir à bout de cette bête féroce. Et il était trop tard pour fuir. De plus, ce monstre avait fait couler son sang. Elle ne pouvait pas laisser passer cela. Elle dirigeait les billes vers le bord des toits. Plus la bête reculait, plus elle avançait, afin de ne pas trop s’éloigner des objets qu’elle controlait mentalement. Le monstre le remarqua trop tard. Le bord. Il tomba. La fin. Fin d’un combat. Une chute de cette hauteur aller au moins l’assommer.

Amaya voulait s’en assurer, elle était prête à prendre le risque. Après tout, s’il n’était pas assommé, il risquerait de la prendre par surprise plus tard. Mieux valait aller vérifier tant qu’elle était sur ces gardes. Elle descendit. La bête était tombée sur le dos. Une bien mauvaise chute. Peut-être qu’elle ne s’en remettrait jamais... Peu importe. Elle utilisa ses billes pour toucher la bête en restant à une distance d’environ deux mètres. Aucune réaction.
Elle s’approcha et regarda. Assommé. Amaya décida de le laisser là. Quand il se réveillerait -s’il n’était pas tué par un autre des monstres rodant ici- avant son réveil, elle serait loin. Il y avait sûrement d’autres «choses» de cette espèce ici. Il fallait qu’elle se dépêche. Elle reprit ses billes, arracha un bout de tissu qu’elle noua autour de l’entaille de son bras. Une cicatrisation naturelle suffira pour venir à bout de cette blessure, inutile de gaspiller du mana.

Elle trouva une échelle, remonta sur les toits et quitta ce quartier.
Amaya avait besoin d’aller ailleurs, de réfléchir. Elle ne savait pas encore où elle irait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aparté Subodorée.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aparté Subodorée.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Edwin] Aparté nocturne
» Un aparté - Pelote

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novus Genesis - Redemptio ::  :: Continent de Ruchaneim :: Circonscription de Pandemonium :: Cité de Pandemonium :: Les bas quartiers :: Bidonvilles inférieurs-
Sauter vers: