AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 [BEHMP] Salle d'exercice des Nettoyeurs

Aller en bas 
AuteurMessage
Serziel
Suedel - Administrateur - Espace
avatar

Messages : 417
[IRL] Surnom : Yan'

Feuille de Personnage
Guilde: Ordre Ëjid
Niveau: 32
Espèce: Elfe Sombre

MessageSujet: [BEHMP] Salle d'exercice des Nettoyeurs   Dim 12 Juil - 12:03

Vastes sont les sous-sols de la Grande Basilique Ithafan. En dehors de la grande salle de réunion, existe une multitude de corridors, éclairés ça et là par de fébriles néons qui reflètent leur irréelle pâleur sur les murs blancs. Différentes portes s'ouvrent sur autant de pièces, chacune ayant une utilité précise. Au détour d'un couloir, dans une aile reculé du sous-sol, se trouve une entrée métallique, dont les épais rivets témoignent de la solidité du passage. Juste à côté une porte classique donne sur une salle d'observation, qui permet de regarder sans risque, derrière une vitre teintée, le déroulement des affrontements. Car, derrière cette porte blindée, se tient l'aire d'entraînement des Nettoyeurs Ithafans. Les professeurs et maîtres d'armes se postent dans la salle adjacente, regardant avec minutie la tenue et les manières de leurs élèves.

Nÿm ouvrit en grand le lourd battant de la salle de combat. Sa dernière traque l'avait énervé, n'ayant pas réussi à mettre la main le premier sur leur cible. Il avait une grand besoin d'extérioriser sa soudaine poussée de colère, et cette pièce serait le lieu qui verrait éclater sa fureur. La demi-douzaine de moines guerriers qui s'exerçaient alors se tournèrent avec stupeur vers le nouvel arrivant. D'un geste sec, il en désigna un, qui devrait l'affronter en combat singulier. La toge noire virevolta, atterrissant lourdement dans un coin de la salle. Désormais, le sabre et le holster aux flancs de Sephiroth étaient clairement visibles. Les détachant il les fit glisser à côté de la masse de tissu sombre non loin. Il se battrait donc sans armes. Du moins sans armes matérielle. Tous en ce lieu savaient à quel point le corps pouvait devenir, avec beaucoup de pratique, une arme redoutable. La combinaison légère noire ne protégeait que peu le buste. Le reste était simplement recouvert d'un tissu fin, hormis mains et avant-bras cachés à l'intérieur de gants. Mouvement bref du doigt. Engagement.

A côté d'eux, les autres Nettoyeurs, certains encore en apprentissage, avaient repris studieusement leurs exercices. Le moine fléchit ses jambes, à quelques mètres de son supérieur hiérarchique. Il souffla, contenant les sentiments contradictoires qui commençaient à l'envahir. Entre peur et devoir. Il savait que le Sephiroth était réputé pour son calme et sa froideur autant que pour ses sautes d'humeur. Et l'envie de se faire gravement blessé ne l'enchanter pas le plus au monde. Il expira doucement, et serra les poings. C'était trop tard, en s'avançant il avait accepté toutes les clauses. Le tout était de limiter les dégâts.

Surë éleva délicatement son être au-dessus du sol. Il flottait. Le moine se contenta de clore un instant ses paupières pour accumuler de la mana. Dans un souffle, l'être divin disparut. Son poing siffla derrière l'Ëjid, qui se baissa quasi instinctivement pour éviter l'assaut. Le pied virevolta et cueillit l'humain au creux des reins, le projetant avec violence à quelques mètres de là, glissant lamentablement sur les carreaux. Hoquetant douloureusement, il se releva tant bien que mal alors que le Sephiroth filait dans sa direction. LEs bras du Nettoyeur se croisèrent devant son visage et absorbèrent une grande partie du choc. En se brisant. La froideur du visage de Nÿm n'avait d'égal que sa capacité à faire souffrir l'adversaire. Son genou remonta et percuta le plexus solaire, envoyant l'homme dans les airs. D'un bon, le supérieur tournoya et crocheta les hanches de sa proie du talon, le renvoyant s'écraser à terre. Le moine était immobile.

"Débarrassez ce corps. Amenez-le à l'infirmerie, il vit encore."

Comme si de rien n'était, le bras droit de Wingel s'était tourné vers les autres apprentis présents. Il s'exerçait visiblement depuis peu, à en juger par le peu de sueur qui avait coulé. De même, nulle goutte de sang ne perlait le sol de ses reflets vermeille. Il allait en être tout autrement dans peu de temps. Le Sephiroth allait reprendre cette session en main. Désignant trois autres cobayes, il les fit se placer en triangle autour de lui au centre de la pièce. Les deux restants se retirèrent après s'être inclinés. De l'autre côté du miroir sans teint, les maîtres d'armes observaient la scène. Et peut-être craignaient-ils pour la survie de leurs élèves, certains parmi les plus prometteurs.

Dégainant le sabre qu'il avait récupéré, Surë le tint à la verticale devant, comme scindant son visage en deux. Il hocha la tête.

Immédiatement, deux des trois opposants se jetèrent sur lui, portant haut leurs propres katanas. Le premier tenta une frappe descendante tandis que l'autre pensait briser la défense sur une attaque horizontale. Les Nettoyeurs étaient parfaitement synchronisés, et le Sephiroth ne pouvait que féliciter leur apprentissage. Cependant, la volonté de blesser était absente de chacun de leurs gestes. Ce qui causerait leur perte à l'avenir.

"Si vous attaquez..."

Le buste se contorsionna, de sorte à pouvoir passer sous le coup latéral, et la lame vint bloquer son vis-à-vis arrivant d'au-dessus. D'une torsion du poignet, Nÿm put incliner son arme de sorte à arrêter aussi la progression du mouvement horizontal.

"Faites-le pour tuer."

Les yeux du Sephiroth s'écarquillèrent, et un rictus étrange étira ses traits. Les pupilles dilatées, le regard fou. Il allait s'en tenir à ses propos. Repoussant les deux opposants d'un brusque geste du gras, il annihila momentanément toute défense basse et, prenant solidement appui sur ses pieds, tournoya. Quand il se redressa, le sang ne coulait pas encore, mais les déchirures au niveau de la cuisse et des hanches ne tardèrent pas à se colorer de pourpre. Un moine-guerrier tomba à genou, l'autre baissa son arme. Le sabre de l'elfe siffla, vers la gorge encore intacte de son adversaire tombé au combat. Elle s'arrêta net.

"Tu es mort."

Soudain, un bruit presque imperceptible, pareillement à un chuchotement, fit écho dans les oreilles en pointe de Surë. Le troisième ennemi. Cette fois-ci, il n'eut le temps de se protéger, et tenta de dégager son corps de la trajectoire du coup. En vain. Le pointe transperça le bras gauche, et la moitié de la lame ressortit devant le Sephiroth. L'autre, dans son dos, haletait. Ses yeux étaient emplis d'une terreur sans nom. Il avait obéi, mais regrettait désormais son acte. La peur d'être puni, d'avoir blessé un supérieur tel que Nÿm commençait à le submerger, à s'emparer de tout son être. Ses membres tremblaient. L'autre fixa la blessure. Du pouce et de l'index, il attrapa le métal aiguisé au niveau de son bras. Une pression suffit à briser le sabre et se retirer. Le sang se mit à sillonner son bras, en une série de trainées rougeâtres sur fond de chaire sombre.

La main libre du Sephiroth venait déjà à la gorge du garçon. Il était jeune.

"Tu es le seul à avoir compris. Mais l'hésitation est symbole de mort. Agis. Et continue sur ta voie, sans regarder en arrière. La moindre erreur peut être fatale."

Relâchant son emprise, il se détourna, récupéra son équipement et quitta la pièce. Un lourd silence suivait ses pas. La vue de son propre sang l'avait calmé. Au fond, il aimait cette sensation, ce pouvoir et la rapidité avec laquelle on pouvait soumettre et être soumis. Que cette vie insignifiante ne tienne finalement qu'à un fil infime. Presqu'invisible. Et que chaque pas manquait de nous faire trébucher et tomber dans l'oubli. Délicieuse sensation que cette même vie qui s'échappe, qui fuit lentement le corps. Nÿm se sentait bien. Il se sentait vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serziel
Suedel - Administrateur - Espace
avatar

Messages : 417
[IRL] Surnom : Yan'

Feuille de Personnage
Guilde: Ordre Ëjid
Niveau: 32
Espèce: Elfe Sombre

MessageSujet: Re: [BEHMP] Salle d'exercice des Nettoyeurs   Mer 30 Déc - 12:58

- Suite à l'Entrevue avec Wingel -

Nÿm allait bon train dans les couloirs austères de l'Ordre. Allongeant le pas, il gardait les yeux rivés au sol, songeur ; obligeant constamment les autres Ëjids à faire des pieds et des mains pour lui dégager un espace suffisant. Il était évident que le premier qui aurait le malheur d'entraver sa sombre progression aurait fait les frais de toute la colère que le Sephiroth avait accumulée dans les dernières heures. Dans le fond, il en voulait encore énormément à Wingel de l'avoir placé dans cette situation, lui qui l'avait toujours fidèlement servi. Bien qu'il ne se sente plus trahi comme il l'avait ressenti aux premiers instants du débat — et qu'il comprenait peu à peu tout le sens d'un tel stratagème — il ne pouvait que regretté d'avoir été mis en première ligne de cette tactique douteuse. En effet, s'il avait totalement foi en Sued, s'il vouait une confiance et une obéissance sans borne au Suedel de la Tempérance, il était bien moins certains de ses propres capacités quant à l'entraînement de ce "sujet" un peu particulier. Le question était de savoir si oui ou non il parviendrait à se maîtriser pour ne pas supprimer le stigmatisé au moindre exercice. Et, dans les méandres de son esprit tourmenté, une réponse se faisait jour, répandant sa douce chaleur dans son corps. Il aurait même cru que c'était la voix de Wingel qui venait lui murmurer à l'oreille, le rassurer sur sa condition :

"Oui, tu y parviendras."

L'elfe sombre soupira. Puis, droit, il reprit le chemin de la salle commune, où on avait dépêché le stigmatisé. A partir de cet instant, il était son élève, son apprenti, comme il était son bras droit et son arme. Il lui devrait une allégeance complète. Nulle ombre ne devrait entacher leur relation, si ce n'était une haine qui serait le porte-faix de tous leurs sentiments. Nÿm sourit. Il le haïssait avant même de ne serait-ce que l'avoir entrevu. En fin de comptes, il était fort possible que ses progrès soient en accord avec les prédictions du Suedel. Au détour d'un corridor, un jeune Ëjid le rattrapa et l'interrompit dans ses réflexions. Hésitant, il ne savait pas encore très bien comment se comporter vis-à-vis de celui que nombres considéraient comme un automate consacré à l'Ordre plutôt que comme une personne avec qui l'on pouvait entamer une quelconque discussion.

"Excusez-moi, maître Nÿm."

Le concerné pivota lentement la tête dans sa direction avant de s'arrêter. Il l'écoutait.

"Maître Iswa m'a demandé de vous faire de quelque chose. Ils ont effectué une première série de tests avec la nouvelle recrue, pour essayer de lui faire recouvrir la mémoire."

Visiblement, le bruit qu'il s'agissait en réalité d'un stigmatisé ne s'était pas répandu à tout l'Ordre. Il fallait contenir l'hémorragie qu'aurait représenté l'expansion d'une telle information, et seuls de rares initiés seraient probablement mis au courant durant toute la durée de la formation. Le jeune homme ouvrit un dossier qu'il tenait auparavant sous le bras.

"Tous les résultats se sont avérés négatifs, mais l'individu semble avoir une affinité particulière avec certains petits mécanismes, qu'il monte et remonte. Peut-être pourrez-vous en faire quelque chose."

"Bien. Merci."

Le Sephiroth prit les feuilles et se détourna, reprenant sa route en tentant d'assimiler ces nouvelles données. Pour le moment, elles ne lui seraient d'aucune utilité, mais il convenait de les placer dans un coin de son esprit et d'y revenir en temps voulus. L'autre souffla de soulagement avant de retourner travailler, simple messager qu'il était.

---

Nÿm ne put réprimer une moue dégoûtée à la vue du Boëcay. Il ne l'avait jamais vu auparavant, et comme tout stigmatisé qu'il était, il avait une apparence qui s'approchait indubitablement de celle d'un être humain ordinaire. Pourtant, tout dans son attitude signalait au Sephiroth qu'il s'agissait d'une créature impie, qui n'avait rien à faire en ces lieux. Son empreinte manatique était souillée, et finirait par avilir tout ce qui l'entourait, c'était certain. Surë s'en approcha doucement. L'autre était assis sur un banc, dissimulé dans une des nombreuses alcôves du réfectoire. Des dizaines de moines allaient et venaient à leur gré, vaquant tous à des occupations on ne pouvait plus bénéfiques. Quant à lui, ce "sujet", cette hérésie, il fixait sans ciller une petit objet métallique qui luisait au creux de ses mains. Une montre. Ainsi en plus de lui octroyer le droit de porter le vêtement Ëjid, on lui avait fait don d'un objet. Minime, certes ; mais le geste révulsait l'elfe sombre.

"Bien. A partir de maintenant tu te nommeras "Apprenti" et sera mon élève."

Le ton était glacial, tant et si bien qu'il n'avait pas même pris la peine de se présenter. Il se fichait de toutes ces formalités administratives. Il n'avait cure de ces vaines palabres et diplomates : il venait récupérer un soldat. Toujours aussi distant, haineux — et il ne cherchait pas à dissimuler la colère qui bouillonnait dans ses pupilles émeraude — il reprit :

"Tu me devras une obéissance complète ; une confiance aveugle. Au moindre débordement, tu seras puni en conséquence. Maître Wingel m'a ordonné de faire de toi un Ëjid ; sache que je n'en ai aucune envie, mais que je me tiendrai aux ordres. Efface de ton esprit tout idée de joie, bonheur, ou repos : tu n'en auras pas avant que ta formation soit aboutie et que je sois satisfait. Est-ce bien clair ?"

Le stigmatise l'observait avec de grands yeux pâles. Tout son visage reflétait une peur indicible. Il tremblait comme une feuille et manqua de lâcher sa montre à gousset. Finalement, il reprit un peu contenance et, après avoir difficilement dégluti, il parvint à hocher doucement la tête ; sans pour autant réussir à détourner son regard de celui du Sephiroth. Il était complètement hypnotisé, et les ondes de haine qui s'échappaient de l'être divin se transformaient pour l'instant en ondes de terreur qui venaient imprégner le moindre espace du Boëcay.

"Allons-y."

Nÿm fit volte-face. Le premier test serait physique. Et il était dans l'intérêt de l'autre de le suivre. Immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprenti
Néophyte
avatar

Messages : 3

MessageSujet: Re: [BEHMP] Salle d'exercice des Nettoyeurs   Mar 5 Jan - 19:59

Le Boëcay examinait encore avec l'application d'un enfant devant un cadeau la montre qu'on venait de lui offrir ; comme présent d'entrée dans l'Ordre semblait-il. Pendant de longues heures, on avait cessé de lui faire exécuter différentes sortes de tests, tous plus contraignants les uns que les autres, et tout aussi vains. On avait d'abord vérifié ses réflexes, ses facultés de compréhension d'un langage, de lecture, examiné ses yeux et ses oreilles. Des scientifiques avaient ensuite éprouver sa mémoire à grand renfort de questions en tous genres, d'interrogation toutes plus saugrenues que les précédentes ; et pourtant ces expériences n'avaient, il fallait bien l'admettre, abouti à aucun résultat concluant. La mémoire du stigmatisé restait imperturbablement dissimulée derrière une sorte de gigantesque barrière mentale, que nul n'avait pour l'instant réussi à ne serait-ce qu'ébranler. De même, des gens en blouses lui avaient conseillé de prendre des feuilles vierges et un crayon, portés par l'espoir que le subconscient agirait tout de même et leur donnerait une bribe de piste quant à la vie antérieure du nouveau-venu. Toutefois, les recherches restaient désespérément stériles, et les hautes instances décidèrent de remettre à plus tard toutes ces batteries d'expérimentations.

Un vieil elfe, de petite taille, était alors venu le voir avant qu'il ne sorte des laboratoires. Iswa si ses souvenirs — aussi récent furent-ils — ne lui faisaient pas défaut à nouveau. Il s'agissait normalement du chef de l'expédition qui avait abouti à sa découverte quelques semaines auparavant. En silence, il lui fit ouvrir la main, paume vers le plafond et y déposa une montre à gousset. Elle paraissait lourde, le métal en était glacé. Mais elle se réchauffa bien vite au contact du Boëcay. Les pulsations qui la faisaient vibrer se répandaient dans tout son organisme, au rythme lancinant des aiguilles. Ouvrant le clapet, le stigmatisé en observa attentivement le cadran. Tic. Tac. Il n'y avait pas de trotteuse, pourtant cet instrument possédait indubitablement un coeur, qui battait avec la régularité d'un métronome contre sa chair. Obnubilé. C'était le mot. Fasciné même par cet objet inédit. L'enveloppe en était délicatement décoré, avec un relief qui n'était pas agressif au toucher. Sur le devant trônait la croix de Sued, qui rappelait à l'individu où il se trouvait. Soudain le Général le ramena à la réalité d'une toux légère, avant de lui indiquer le chemin à suivre. Bientôt, Nÿm viendrait le chercher.

---

On avait revêtu le novice d'une tunique sable des plus souple, qui lui laissait une grande liberté de mouvement et qu'on avait pris la peine de maintenir autour de ses mollets par des bandes de tissu blanc et brun. Ses grands yeux gris humides se perdaient dans la pâleur de son visage, qu'aucune chevelure hirsute ne venait contraster. Son crâne luisait légèrement : il commençait à avoir un peu chaud, et les discussions qu'il avait surprises concernant ledit "Nÿm" ne le rassuraient guère quant à son avenir au sein de l'Ordre Ëjid. Il était dit que c'était un professeur sévère et impitoyable, qui n'aimait que peu les étrangers et les imprévus. Le Boëcay soupira. Que diable venait-il faire dans cet amas de complications ? Une voix le tira de sa torpeur. Brusquement.

"Bien. A partir de maintenant tu te nommeras "Apprenti" et sera mon élève."

Le concerné osa à peine lever les yeux. La personne qui lui faisait face en imposait. Pas tant physiquement, puisque sa carrure n'était pas exceptionnelle ; mais bien psychologiquement. Elle avait énormément de présence, et c'était comme si toute l'assemblée s'était plus ou moins arrêtée à son entrée. A coup sûr ce devait être celui qu'on nommait Nÿm, ou du moins un Sephiroth ou quelconque divinité de même facture. Apprenti — puisqu'il se nommait de la sorte désormais — allait balbutier une réponse, une acceptation de son sort pour confirmer son professeur quand celui-ci reprit, tout à fait naturellement :

"Tu me devras une obéissance complète ; une confiance aveugle. [...] Est-ce bien clair ?"

Le stigmatisé était perdu. Il ne savait pas comment, ni si les autres moines présents le ressentaient aussi, mais c'était comme si des ondes de haine pure venait s'écraser contre son corps frêle. Comme si des pulsions noires comme de la suie s'échouaient avec fracas sur l'îlot que représentait son organisme. Il pouvait percevoir les sentiments dont cet elfe imprégnait ses mots. Une colère sourde, qui grondait derrière chaque syllabe. Et le Boëcay avait terriblement peur que cette rage ne finisse par éclater. Ses doigts fins tremblaient. Les yeux rivés au sol carrelé, il n'osait croiser le regard émeraude de Nÿm. Il savait que c'était lui désormais. C'était une certitude qui s'était ancrée dans son âme ; comme écrite au fer rouge.

"Allons-y."

Bien que totalement déstabilisé, sous le choc de cette rencontre, Apprenti se leva. Sa posture était encore bancale, il faillit trébucher et s'étaler de tout son long devant l'assistance, mais un réflexe lui permit de garder l'équilibre. Il emboîta alors le pas au Sephiroth et le suivit dans le sous-sol. Jusqu'à la salle d'entraînement — il la connaissait pour avoir eu droit à une visite guidée durant sa semaine d'observation. Cela ne présageait rien de bon.

---

Contraint de se placer au centre de ce qu'il considérait comme une arène, le stigmatisé ne se hasardait toujours pas à relever le défi visuel que n'avait de cesse de relancer son professeur. Bien droit face à lui, il le détaillait minutieusement, essayant de découvrir un indice, un vestige d'indice même, ou quoi que ce fût qui aurait pu indiquer l'existence antérieur ou la présence d'une capacité hors normes. Mais selon toute vraisemblance, la quête de Nÿm était vouée à l'échec. Il ne trouverait rien de satisfaisant dans le physique du jeune Boëcay. Finalement, lui-même retira sa longue toge noire et la posa sur une petite table disposée dans un coin de la pièce, par-dessus laquelle il prit soin de déposer ses armes. Enfin il reprit la parole, s'adressant à l'Apprenti sans même lui adresser un regard :

"Je veux que tu te battes. Je veux pouvoir observer tes facultés ; tracer une ébauche de tes futurs domaines de prédilection. Je veux affronter tes limites, celles que toi-même ne connais pas encore." Il marqua une courte pause avant de reprendre, plongeant deux iris couleur de jade dans les tréfonds de l'âme de son interlocuteur. "Je serai sans pitié. Et ma patience atteint rapidement ses limites si je vois que l'on ne m'écoute pas. Attaque."

Le stigmatisé ne réagit pas immédiatement. Interloqué, il n'avait pas réellement assimilé l'objectif pédagogique de l'exercice. A dire vrai, il ne le comprendrait peut-être jamais ; mais le fait était qu'un ordre restait un ordre, surtout quand il émanait d'une telle personnalité. Hésitant, le jeune 'homme' se mit en position de garde, du moins une position qui dans son esprit reflétait des possibilités de défense accrues. Cependant, ce n'était pas là la consigne. Il devait attaquer, se jeter sur le Sephiroth, frapper, glisser, se contorsionner comme dans ce qu'il imaginait être un furieux corps-à-corps. Mais pour cela, il fallait d'abord braver la peur qu'il avait de mourir simplement au contact de Nÿm.

"Je ne le répèterai pas."

Les mots firent à l'Apprenti l'effet d'un coup de fouet. Son regard se durcit, et le gris pâle s'assombrit sous les sourcils froncés. Il était temps de faire ses preuves, ne serait-ce que par respect pour l'Ordre qui l'avait recueilli. Pliant les jambes, le Boëcay affirma ses appuis au sol et se concentra. Il ne voyait pas comment il pourrait surprendre son opposant dans un espace clos — et au vu de la différence de niveau — que lui-même était loin de maîtriser. Finalement, il bondit en avant, un noeud lui tordant les entrailles et le souffle court. Armant le poing, il freina sa course de son pied gauche juste devant le Sephiroth et propulsa sa main en direction de la poitrine de son professeur. Paume ouverte, il comptait le pousser, ou du moins le déstabiliser, avant de pouvoir réfléchir à un autre angle d'attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serziel
Suedel - Administrateur - Espace
avatar

Messages : 417
[IRL] Surnom : Yan'

Feuille de Personnage
Guilde: Ordre Ëjid
Niveau: 32
Espèce: Elfe Sombre

MessageSujet: Re: [BEHMP] Salle d'exercice des Nettoyeurs   Mer 13 Jan - 18:02

Le maître d'arme plissa légèrement les yeux, observant plus attentivement son jeune élève. Il ressentait des perturbations dans la toile tissée par la mana sur le monde. Chaque individu touché par cette énergie devenait un noeud de la toile ; une grain de sable dans le grand mouvement des ondes manatiques à la surface de Terra. Du moins, c'était ainsi que le Sephiroth s'imaginait les pulsations qu'il éprouvait du fait de sa semi-condition divine. Il percevait des flux, des mouvements de va-et-vient lancinant, qui le ballotait dans une sorte de flou incompréhensible, inextinguible et pourtant tellement attirant. Chaleureux et doux. L'aura de Sued qui veillait sur ses enfants le protégeait en toute circonstance, il l'éprouvait au plus profond de son être. Mais l'autre, cette chose impie qui lui faisait face, elle n'était qu'une nuance dans le réseau de la mana, un degré d'intensité légèrement différent ; que désormais son supérieur pourrait identifier à l'avenir. Mieux valait que l'Apprenti ne lui fasse pas faux-bond ; ce serait une tragique erreur de sa part. Nÿm ferma les paupières : l'assaut débutait.

Lorsqu'il les rouvrit, le stigmatisé se tenait tout juste devant lui, le bras armé. Croyant entrevoir une ouverture, il s'empressa de faire en sorte que son coup porte. Le Sephiroth ne bougea pas même d'un pouce, se contentant de fixer avec dégoût l'être hérésiarque qui le touchait de sa chaire blasphématrice. S'il n'avait pas subi les répercussions du choc — la frappe en elle-même était correcte — c'était tout simplement grâce à l'affinité qu'il possédait avec la mana. Naturellement, elle était venue se loger au niveau de l'impact, renforçant son organisme et dissipant les ondes en son sein et dans l'air environnant. Il faudrait être beaucoup plus subtil, et surtout beaucoup plus puissant pour espérer faire se mouvoir le serviteur de Wingel. Son rang de bras droit du Suedel était parfaitement mérité, et tous les Ëjids en avait conscience. Le Boëcay en ferait les frais, et serait confronté de lui-même à la céleste vérité. Il apprendrait par la douleur qu'on ne bafouait pas les règles érigées par Nÿm impunément. Et le règlement imposé était une attaque lui laissant la possibilité de jauger son élève. Cette attaque était visiblement un échec des plus cuisant. L'être divin soupira.

*clac*

Le choc fut rude. Et la claque que le Sephiroth avait assenée du revers de la main à son Apprenti avait projeté ce dernier au sol. Aucun préavis ; le coup avait atteint son but avant même d'être entamé. C'était en cela que résidait la force d'un combattant. Tenir compte des conséquences de ses actes n'était pas tout ; il fallait anticiper et les connaître avant même d'esquisser le moindre geste. Le stigmatisé paraissait sonné. Il allait devoir faire d'immenses efforts s'il comptait tenir sa place dans l'estime de son supérieur — bien qu'à l'instant, il n'en eut pas l'once d'une existence. Nÿm s'avança vers son élève et l'attrapa par un pan de sa tunique. Le relevant sans ménagement, il le tint en face de lui et plongea ses yeux de jade dans les disques pâles qui servaient de regard au Boëcay.

"Tu es bien loin de posséder ce que je considère comme un minimum. Un minimum même pour un pauvre soldat de garde. Selon mes critères, tu n'as aucune compétence qui te permettrait de devenir un Ëjid. Montre-moi ce dont tu es capable. Maintenant !"

Détendant le bras, l'être divin propulsa sa proie en arrière. Il lui restait deux uniques chances avant que le Sephiroth ne songe à se mettre en colère. Et il était une évidence pour tout l'Ordre Ëjid que subir l'ire de Surë n'avait rien d'enviable. Strictement rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprenti
Néophyte
avatar

Messages : 3

MessageSujet: Re: [BEHMP] Salle d'exercice des Nettoyeurs   Dim 31 Jan - 16:45

L'Apprenti trébucha en atterrissant, sous l'effet de la projection. Effectuant deux pas en arrière, moulinant des bras pour tenter de retrouver son équilibre, il se laissa finalement choir sur le dos ; le souffle court. Dans sa bouche, le sang teintait sa salive de cette saveur métallique caractéristique. Il emplissait sa bouche et l'obligeait à l'ingurgiter pour ne pas le cracher misérablement aux pieds de son maître. Le Boëcay déglutit difficilement. Sa gorge le brûlait à force de laisser filtrer le fluide vital, sa mâchoire était à coup sûr démise, et toutes ses vertèbres vibraient encore des différents chocs subis dans les minutes passées. Le corps du stigmatisé n'était pas conçu pour être tant malmené. Physiquement, bien que ressemblant fort à un humain, il était de stature nettement plus frêle, et chaque assaut qu'il encaissait de la part du Sephiroth menaçait de faire de son squelette un petit tas d'os dont il faudrait reconstituer le puzzle. L'individu se redressa lentement. Douloureusement. Profitant de cet instant de répit, il étira ses muscles endoloris ; mais le regard dur de Surë le ramena à la réalité : s'il n'agissait pas dans la minute suivante, ce qu'il aurait à endurer serait probablement pire que la mort elle-même. L'Apprenti se remit donc d'aplomb, aussi prestement que le lui permettait son corps.

L'élève manqua vomir. La tête lui tournait. Des relents de biles affluaient dans son œsophage, le contraignant à ravaler fièrement l'amer humeur en même temps que sa fierté. A dire vrai, il n'avait pas de fierté. Aucune. Il n'en avait probablement jamais eu d'ailleurs, et avait certainement passé la majeure partie de sa vie enfermée dans un caisson imperméable qui a lui seul lui servait d'univers. Désormais, le monde voulait se confronter à lui ; l'y obligeait même. Ce n'était pas un défi qu'il avait choisi, on le mettait devant un fait accompli. Un fait qu'il avait peine à croire mais qu'il s'efforcer de réaliser jusqu'au bout, simplement parce qu'il jugeait nécessaire d'y parvenir. Son supérieur le haïssait, c'était là un acte qui se ressentait dans les fibres les plus profondes de son être. Il allait puiser dans cette haine, dans cette rancoeur de son adversaire pour le renverser. La seule solution résidait dans cette méthode.

"Ah !"

Le Boëcay bondit en avant. En face de lui, le Sephiroth haussa un sourcil sous l'effet de la surprise. En effet, il percevait une perturbation plus importante de la mana autour du stigmatisé. Un noeud s'était formé dans la toile de Sued, et les flux d'énergie convergeaient désormais vers cet être risible qu'était son élève. De ses yeux de créature divine, Nÿm devait pouvoir observer l'aura luminescente qui irradiait du corps de l'Apprenti. Elle était faible certes, mais l'instinct de survie avait finalement déclenché une réaction — pour le moins inattendue — à la mana. Les membres du jeune attaquant paraissaient imprégnés de cette force nouvelle, et toute son ossature donnait l'impression d'attirer les particules énergétiques pour les fixer à sa surface. Comme tout individu maîtrisant un tant fût peu la mana, il l'utilisait naturellement pour renforcer son organisme. Selon les critères de Surë, le Boëcay venait de faire un pas conséquent en avant, cela se lisait sur ses traits : les moines Ëjids que les recruteurs lui ramenaient d'habitude ne devaient pas être aussi réactifs. La situation faillit tirer un sourire au stigmatisé ; toutefois, absorbé par l'action qu'il entreprenait, il fit fi de ces considérations futiles et reprit son avancée.

A chacun de ses mouvements, il sentait ces pulsations vivifiantes parcourir chaque fibre de son être. Il n'était plus un stigmatisé. Il n'était plus un illustre inconnu que l'on avait rangé hasardeusement dans les rangs de l'Ordre. Il était gestuelle. Il était énergie et déplacement. Un simple ondulation de la toile dans le grand tout. Mais une perturbation tout de même. Le Sephiroth en face n'esquissait toujours aucune ébauche de parade ou de contre. Il restait droit, imperturbable. Son sourcil avait même pris la peine de retrouver sa position initiale, redonnant au visage toute sa froideur. En face de son adversaire, l'Apprenti usa de toute l'inertie de son attaque pour lancer une frappe directe du poing. Après quoi il pivota souplement pour balayer l'air de sa jambe. Les deux chocs furent sourds. Chaque impact avait été amorti avec une précision diabolique ; et une résistance hors du commun. La mana était décidément une arme au potentiel surprenant. Et une fois de plus, la noble main de Nÿm allait le prouver. D'un geste ample, il claqua le visage de son élève.

*Tic* - *Tac*

Les doigts de son maître venaient d'atteindre sa joue. La sensation en était étrange. Un bouillonnement d'émotions le traversait. Il pouvait ressentir le mépris qu'éprouvait le Sephiroth à son égard. Il pouvait percevoir la violence du coup, son claquement sonore retentissant qui ne manquerait pas de trouver son écho entre les quatre murs étriqués de l'arène. Il ressentait cet arrêt soudain dans le défilement du temps, comme si chaque chose s'était suspendue ; comme si toutes les tensions qui régissaient le monde s'étaient levées d'un seul bloc, laissant l'univers en suspens. Il n'avait pas pu éviter le coup, loin de là. Pourtant, une petite voix lui murmurait que cela n'avait que peu d'importance. Que lui, le vulgaire stigmatisé, le naufragé, le rat de laboratoire ; était bien au-dessus de ces notions. Il n'y avait d'échec que là où on voulait bien en voir un. Dans une hypothèse — bien qu'il pût paraître improbable — l'Apprenti avait peut-être délibérément choisi de subir la frappe ; sans rien faire d'autre que d'accepter cette situation et considérer ce fait minime comme un passage nécessaire. Le passage s'était ouvert, et l'écluse des possibilités déversait son flot de choix.

*Tic* - *Tac*

Le temps parut reprendre son emprise sur le monde. La tête du Boëcay effectua un violent quart de tour et ses cervicales craquèrent sourdement. Mais il n'avait pas bougé, bien campé sur ses positions. Relevant les yeux, il fixa son pâle regard sur le maître d'armes. Celui-ci semblait — légèrement — surpris. Ni une ni deux, le mortel se laissa porté par son intuition. Une intuition nommée mana. Elle le menait sur un chemin inexploré, éclairant pas à pas la marche suivante. Ses pupilles parurent s'éclairer. Un instant seulement, et il plongea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serziel
Suedel - Administrateur - Espace
avatar

Messages : 417
[IRL] Surnom : Yan'

Feuille de Personnage
Guilde: Ordre Ëjid
Niveau: 32
Espèce: Elfe Sombre

MessageSujet: Re: [BEHMP] Salle d'exercice des Nettoyeurs   Mar 23 Fév - 12:41

Nÿm réprima un sourire satisfait au contact du visage de son Apprenti. Celui-ci avait décidé de faire front de tout son être, et le coup avait porté sans qu'aucune velléité de rébellion ne se fasse ressentir. Amplifiant la frappe d'énergie pure, le Sephiroth écouta le délicat craquement d'un squelette qui hurle grâce. Toutefois, si le corps hurlait l'arrêt des tortures, l'esprit, bien au-delà de ces considérations terre-à-terre, se portait dans les méandres de la toile, et le stigmatisé percevait enfin dans quel monde il avait la possibilité de plonger. Car c'était bien d'un plongeon dont il était question. Un saut à l'aveuglette dans un univers inexploré par ses sens. Un bond en avant sur l'échelle de l'évolution ; sur le chemin de la puissance. Tout à coup l'hérétique se retrouva nimbé d'un halo bleuté qui irradiait dans la salle d'entraînement. Une aura reconnaissable entre mille ; une aura nommée mana.

"Enfin."

Le maître d'armes esquissa un mouvement, mais déjà le Boëcay était sur lui, son agilité et ses réflexes décuplés par le flot de pouvoir qui coulait désormais en lui. Limpide et brûlant. Bouillonnant de son essence à l'état le plus pur. Analysant la situation, l'être divin remarqua une faille dans la gestuelle de son élève. Discrète, elle lui parut pourtant évidente et il s'empressa de se glisser sous sa garde, pareil à un serpent ondulant. Sa main droite vint se poser contre la gorge de l'Apprenti et, basculant son buste en avant, Surë le plaqua au sol. Crut le plaquer. Ses pupilles s'écarquillèrent quand il constata que la seule chose que brassaient ses doigts fins était un courant d'air. L'autre s'était habilement effacé, prenant position sur le flanc non protégé du Sephiroth. Visiblement, il était tout aussi surpris que son maître de son exploit et, pour prodigieux que fut la tentative, elle se révéla vaine dès lors qu'il essaya de porter un coup d'estoc. Une onde gonfla comme une bulle autour de Nÿm, se gorgeant d'énergie, et tout aussi soudainement qu'elle était apparue, elle fila dans les trois directions de l'espace, repoussant tout sur son passage. Y compris le frêle stigmatisé. Le Sephiroth s'approcha à grands pas, son regard luisant d'une lueur dure.

"Qui es-tu ?"

Encore affalé à terre, l'élève leva vers lui des iris pâles emplis d'incompréhension. Ne lui avait-on pas répété maintes fois que cette recrue de fortune faisait preuve d'une amnésie tellement ancrée dans son âme qu'elle ne trouvait d'équivalent que dans la haine que Surë vouait à ceux de son espèce ? Cependant, le Sephiroth était bel et bien capable de ressentir ces perturbations dans la toile de la mana. Il ressentait les fluctuations de l'énergie et les rapports qu'elle entretenait avec le monde. Et pendant le combat — l'exercice de routine — l'opposant à son nouvel Apprenti, il avait du faire face à de nouveaux paramètres : les informations lui étaient apparues saccadées. Croyant pouvoir faire confiance à ses sens, il s'était mu avec sa vivacité habituelle et, à son grand désarroi, le cours régissant la mana avait brutalement bifurqué ; comme s'il avait emprunté un canal parallèle sans que l'être divin ne pût s'en rendre compte. Avait-il fait preuve d'un manque d'ouverture ? De réactivité ? Il en doutait ; mais il devait apprendre à se remettre en question.

"Nous reprendrons cette conversation plus tard. Quand tu auras les réponses."

Etrangement, l'invitation paraissait plus être un ordre qu'une simple convocation. Il était plutôt dans l'intérêt du stigmatisé de trouver les réponses qui contenteraient le Sephiroth. Sans quoi il risquait d'en pâtir à nouveau ; et il était loin d'être suffisamment sûr de lui pour considérer que son organisme résisterait à beaucoup de séances de ce type. Soupirant il se redressa pourtant, tandis que son maître quittait la salle, récupérant ses affaires d'un geste vif. Nerveux.

---

Nÿm souriait. Il détestait le Boëcay. Il le haïssait de la moindre parcelle de son corps ; tout simplement parce qu'il avait été conçu dans ce but. Pourtant une étincelle s'alluma dans son esprit formaté. Une étincelle non pas de lucidité, mais de compréhension. Peu à peu il ouvrait les yeux sur sa condition, et constatait que l'exclusivité d'un sentiment était bien loin d'être aussi fructueuse que l'on pouvait l'espérer. Ce stigmatisé, aussi détestable fût-il, pouvait lui apporter énormément. Et son don — non, son Don — était un cadeau inespéré. Car si lui-même n'avait probablement pas encore conscience de son pouvoir, le Sephiroth entrevoyait d'ores et déjà les possibilités que cela ouvrait quant à l'avenir. Cet Apprenti serait un Ëjid. Une arme à lui seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [BEHMP] Salle d'exercice des Nettoyeurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
[BEHMP] Salle d'exercice des Nettoyeurs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Salle du Feu
» La salle du trône et le château
» Salle d'opération section civile
» La salle de l'argent
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novus Genesis - Redemptio ::  :: Continent de Digmard :: Canton d'Ithaf :: Cité d'Ithaf :: Sous-sol de la Basilique-
Sauter vers: