AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Kaerille

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaerille
Néophyte
Kaerille

Messages : 81

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 9
Espèce: Humaine

Kaerille Empty
MessageSujet: Kaerille   Kaerille I_icon_minitimeVen 6 Nov - 15:21

~* Identité *~



  • Nom : Inconnu
  • Prénom : Kaerille
  • Sexe : Féminin
  • Race : Humain
  • Espèce : Humaine
  • Age : 22 ans
  • Taille : 176 Centimètres
  • Poids : 46 Kilogrammes


~* Profil *~


Spoiler:
 


  • Description physique :

      L’allure gracile de courbes élégantes, invitant à de tendres égards, Kaerille n’est ni plus ni moins, qu’une tendre humaine, reflet de la beauté de ses traits fins, façonnant un corps riches d’émois pour le mortel pavanant ses yeux sur ses attraits. Le port altier, le menton droit, elle a tout dans sa stature d’une noble issue d’une descendance royale. Celui qui lui fera courber l’échine, et baisser les yeux pourra se proclamer être son maître, car nul n’y est parvenue pour le moment. D’ailleurs, ses yeux, ambrés, sont toujours portés loin devant, reflet de son âme et de ses émotions, ces dernières ne transparaissant nullement sur son faciès atone. Rehaussés par des sourcils finement taillés, ses yeux amènent directement sur un petit nez s’agençant de façon ordinaire au milieu de son minois, tout comme sa bouche aux lèvres fines et légèrement rosées. Une chevelure fine et soyeuse, de couleur verte, rappelant que trop la surface d’une plaine animée d’une bise légère et printanière, s’étend, disparate autour de son visage, complétant ainsi le tableau.
      Du haut de son mètre soixante seize, et de ses quelques kilogrammes qu’il est aisé de connaître en détaillant sa silhouette frêle et effilée, la jeune femme semble pouvoir être brisée en un rien de temps, lors d’un combat, ou d’un jeu érotique sans tendresse. Certes, ses os ne sont pas tous apparents, les muscles et la chair enveloppant son squelette de manière à le protéger un tant soit peu, mais nous sommes loin de pouvoir la considérer comme dodue et bien portante.
      Pour ‘cacher’ son corps, et ses courbes rebondies, ainsi que sa peau laiteuse, presque translucide, elle revêt une parure assez particulière, dont la pièce principale est unique. Constitué essentiellement de blanc, son vêtement est fait d’une matière synthétique assez résistante, mais qui n’empêche un rien un projectile de passer. Simplement, chuter durement dessus ne le déchirera théoriquement pas. Il est extrêmement moulant, si bien que les courbes de sa poitrine, de ses hanches, les cuisses, et les épaules, sont bien retransmises. Par contre, les extrémités sont amples. D’ailleurs, les manches se terminent par des sangles de ceintures, et elles dépassent les mains, si bien que pour les apercevoir, il faut les retrousser. A partir des genoux, le vêtement est scindé en deux, permettant de dévoiler une paire de bottes montantes à talon. Pour harmoniser les manches sanglées, diverses ceintures sont agencées ici et là, passées dans des boucles. L’utilisation est particulière, ainsi que le rendu visuel. Enfin, un cache cou important s’étend sur le haut de son vêtement, si bien qu’elle peut le remonter devant sa bouche et son nez, ne laissant que ses yeux de visibles. La tenue se ferme sur le derrière, et elle ne porte rien dessous, puisqu’elle est complètement protégée.





  • Description mentale et morale :

      Sous ses yeux flavescents, aucun sentiment ne semble percer. Pourtant, si on sait lire ses iris, la jeune femme est très expressive. Seulement, cela ne se voit que très peu sur son faciès, qui reste lisse, sans ride, dépourvu d’humanité et de sentiment, placide, si ce n’est à de rares moments. Elle reconnaît toutes les émotions, la colère, la peur, la tristesse, ainsi que la joie. Tout est intérieur, même si ce n’est pas forcément bon pour le corps. Pourtant sous son apparente froideur, se cache un cœur d’or et enfantin. Elle n’hésite pas une seconde à s’amuser, même si elle sait être professionnelle dans les moments le demandant. Bref, elle arrive à faire la part des choses avec facilité.
      Calculatrice, elle n’hésitera pas une seconde à se moquer des gens en les utilisant quelque peu, pour arriver à ses fins. Son esprit aiguisé lui permet de s’aventurer dans des situations épiques, tout en prévoyant des portes de sorties. L’imprévu, elle a horreur de ça.
      Elle est assez matérialiste, même si on dénote en elle une pointe assez aigue de philosophie, bien que les formes de religions, lui passent par-dessus la tête, comme des histoires pour enfants. Elle aime à changer de personnalité selon les personnes, afin de les duper, même si cela n’est jamais fait gratuitement. Faire mal pour faire mal n’est pas du tout son crédo, et il est rare qu’elle soit une nuisance à l’intégrité physique de quelqu’un. Mais si la punition est méritée, alors elle n’hésitera pas une seconde à ôter la vie, ou à blesser, dévoilant là quelques capacités bien rôdées à l’art de se battre dans la rue.
      Il n’est pas simple de s’en faire une amie constante, par contre, elle saura être loyale, et ce, malgré les petites crasses qu’elle est capable de commettre de temps en temps, à un de ses proches. Mais, on ne devient pas son ami comme cela, si bien qu’à force, ses valeurs ressortent, et sous ses airs taquins, on peut voir en elle une alliée fidèle et loyale, même si cela ne se voit pas à première vue. C’est bien connu, les amis de valeurs ne se comptent que sur les doigts de la main. Ou pas.
      Généreuse, elle n’hésite pas à venir en aide à son prochain, même si elle ne fait jamais rien gratuitement. Il y a toujours une carotte au bout, ou une promesse de gain, matériel, ou moral. Le bien et le mal, sont deux notions qui ne veulent pas dire grand-chose pour la demoiselle, qui n’agit que selon ses envies et son code moral, assez strict malgré tout, mais bien à elle.
      Bref, il s’agit là d’une louve solitaire, qui peut faire montre de compassion et de sociabilité, ou de sadisme et de méchanceté, vivant du vol et de larcins en tout genre.




~* Biographie *~


Pandemonium – Printemps 665.


Les sirènes. Il flottait dans l’air, ce petit parfum de fin du monde. Serait-ce la dernière lignée des humains, avant l’extinction de la race ? Si seulement ils savaient… Ils n’étaient pas au bout de leur peine. La révolte contre les robots avait commencé depuis pas mal de temps déjà. Les robots avaient bien tenté de calmer le jeu en apaisant les humains, mais ces derniers voulaient aller jusqu’au bout, jusqu’à la fin du pouvoir des boulons et de l’acier, sur celui de la chair et des nerfs. La dernière carte du monde mécanique venait d’être jouée. Les armes crièrent leur envie de tuer, la destruction massive se répandait, comme la peste en son temps, rasant colline, montagne, maison, déformant le cours des fleuves, peignant un nouveau paysage digne des plus grands films apocalyptiques. Et dans tout ce vacarme, dans toute cette folie, des humains, civils, qui n’aspiraient à rien que de vivre vieux dans leur misère, essayaient de se cacher, de trouver refuge dans des ruines, évitant les radiations, les explosions, la colère du ciel, de la terre, et des eaux. Le début de la décadence…
Kaerille était âgée de six ans. Elle ne comprenait pas tout ce qui se passait devant ses yeux. Plongée dans la noirceur d’un abri, coupé d’électricité, ou la vie même semblait sur le point de défaillir, elle ne pouvait qu’entendre les déflagrations lointaines, parfois proche, de la guerre pour la liberté et la morale. Ses parents n’avaient pas eut la chance de la suivre dans le souterrain. Ils voulurent rester jusqu’au dernier moment dehors, et le dernier moment vint pour eux, dehors… Kaerille avait passé rapidement le cap, les conditions de survies assez disparates et répugnantes l’obligeant à prendre sur elle pour essayer de survire dans ce monde sans loi, ni foi.

Pandemonium – Eté 665.


Enfin, les abris furent ouverts ici et là, il n’y avait plus grand monde à l’intérieur. Kaerille était la dernière survivante de son abri. Manque de nourriture, d’eau, de lumière, et d’espoir, avaient eut raison de la population déjà bien maigre de ce petit abris même pas aux normes. Cachée, elle avait trouvé une mince source d’eau, et elle se nourrissait essentiellement de morceau d’humain et de rats, malgré les spasmes vomitifs qui la travaillé chaque fois. Sa volonté de vivre était trop grande. Mais elle était dans un état de maigreur extrême, et de déshydratation avancée. Soignée dans le camp de l’alliance, elle fut de nouveau livrée à elle-même, laissée à la rue, aux ruines, une fois que ses pieds étaient en mesure de la soutenir.
S’en suit une vie de survie, de vol, et de larcins. Elle n’est pas bien vieille, mais une enfant passe plus facilement inaperçue qu’un adulte. D’ailleurs, elle ne tarde pas à être recueillie par une dame qui lui donne les prémices d’une bonne éducation, et qui l’emploie à la faire voler pour elle. Kaerille était utilisée comme un objet, mais en échange, elle avait un toit, elle apprenait, une famille, et elle était reconnue, pour cette dame, elle existait, et c’était cela qui était le plus important. En plus d’apprendre à lire et écrire, elle reçut des bases de philosophie, d’histoire, qu’elle approfondira par elle-même toute seule au fil de sa vie, prise par une passion du savoir assez particulière pour une fille dans sa condition. Pour ce qui était de se battre, elle apprit dans la rue, le véritable sens d’un combat ce voyait sur les trottoirs. Soit l’on survie, soit l’on meurt. C’était assez simple.

Pandemonium. 10 Juin 666.


La dame qui héberge Kaerille décède d’une curieuse maladie. Beaucoup de personnes en ville sont atteint des mêmes maux, et personne ne semble capable d’y faire quoique ce soit. Des centaines de milliers de gens meurent ainsi, anonymement ou pas. Kaerille semblait immunisée, pourtant, elle ne se rendit pas aux autorités qui tentaient d’enrayer la pandémie. Elle ne voulait pas se retrouver dans un laboratoire, et au contraire, elle se terra plus encore, profitant de la confusion, et des nombreux décès, pour voler un peu plus et se faire un petit coin à elle chichement aménagée.

Pandemonium. Année 681.


La reconstruction de la capitale à débutée voilà cinq ans. Kaerille à fini par s’imposer un peu dans l’art de voler, et elle a développé des talents bien à elle. Certainement que ces nouveaux ‘pouvoirs’ étaient liés à la toxine venue avec les stigmatisés. Mais cela avait accrue considérablement les possibilités de vols, et d’espionnages, voir d’assassinat, même si elle ne s’y était jamais risquée jusque là. Manipuler son ombre, était une chose assez formidable en soit. Elle l’avait développé pratiquement instinctivement, comme ci tout cela faisait partie d’elle depuis qu’elle était née, et que la mana, la toxine, avait fini par réveiller quelque chose qui sommeillait en elle. Adulte, du haut de ses 22 ans, elle avait sa propre petite demeure, aménagée dans des ruines. Toutes formes de technologie avaient disparue, pour ne pas s’attirer les foudres des disciples de Sued, la nouvelle religion en vogue depuis quelques temps. Et dire qu’elle prenait tout ça pour des fadaises de bonne femme.
Elle avait dégotté une combinaison assez originale, qu’elle pouvait utiliser pour faire de l’escalade, ou pour emprisonner une personne dans ses filets. Résistante, et souple, elle moulait complètement, ou presque son corps, et elle lui permettait donc de faire un peu ce qu’elle voulait au niveau de la contorsion. Avec ça, elle avait trouvé, un pistolet, et des munitions. Le calibre étant courant, elle savait où se fournir si jamais elle manquait de balles. Mais comme elle tirait rarement… C’était plus dissuasif qu’autre chose. L’outil qu’elle utilisait le plus, était sans doute sa lame à double tranchant, effilée, d’une quinzaines de centimètres, de fabrication militaire. Plus sur des objets que sur des personnes vivantes néanmoins…

Bref, la vie filait droite, et elle la suivait, sans trop se poser de questions… enfin, juste celles qu’il faut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaerille
Néophyte
Kaerille

Messages : 81

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 9
Espèce: Humaine

Kaerille Empty
MessageSujet: Re: Kaerille   Kaerille I_icon_minitimeVen 6 Nov - 15:21

Fiche Technique



  • Niveau : 6
  • Slots : 5/8
  • PE : 2055

  • Équipement :

    • Arme :

      • Une arme de poing de type pistolet, avec une forte puissance de recul au regard de sa puissance de feu. La précision est donc moindre, mais les dégâts assez conséquents. Il est fait de plastique et de métal, plaqué en argent, comprenant une crosse avec une partie anti dérapant noir.


      • Un poignard de bonne facture, d’une quinzaine de centimètres, tranchant des deux côtés. Une garde en argent plaquée également, avec une bande noire qui à les mêmes propriété que celle du pistolet, et une petite garde arrondie.


    • Vêtements : Son costume blanc sertie de sangle ressemblant à des ceintures, qui résiste au chute, mais pas aux balles, souple et moulant, qui lui permet de s’attacher en hauteur, ou d’attacher des personnes à elle grâce aux sangles. Elle n’a que ce vêtement pour le moment, qu’elle tient propre régulièrement.


  • Style de combat :

    Kaerille n’attaquera jamais quelqu’un de face. Elle cherchera toujours à abattre sa cible sournoisement. Mais elle n’est pas de nature à se battre pour rien, et bien souvent, elle n’utilisera que ses poings, et ses jambes, pour se battre, afin de mettre KO sa victime, et non de la tuer. Le corps à corps, elle l’a apprit dans la rue, si bien qu’elle se débrouille plutôt pas mal même si ce n’est pas vraiment esthétique… Disons que c’est efficace. Quant à la magie, elle ne possède rien d’offensif, à la limite quelques capacités défensives pour se cacher, mais rien de plus.


  • Style magique :

    Elle utilise la magie pour se cacher principalement, pour avancer sans se faire voir, ou pour écouter, en utilisant les ombres à son avantage. La nuit, tous les chats sont noirs, et c’est d’autant plus vrai pour elle. Et quand il y a de la lumière, il y a forcément de l’ombre.


  • Techniques :

    • Ténébreuse parure : [1ST]

      Kaerille est capable de faire remonter sa propre ombre sur elle-même, afin de la coller à son corps. Aux yeux de quelqu’un, elle ne sera plus qu’une silhouette d’un noir profond, semblant plate et dénué de relief, alors qu’en réalité, elle tout ce qu’il y a de plus consistant. Dans la lumière, elle n’a plus d’ombre, puisque cette dernière est collée à elle. Néanmoins, elle est toujours perceptible à l’ouïe et à l’odorat, voir au toucher et au gout… Il lui faut un temps de concentration assez important pour réaliser cette technique assez épuisante.

    • Obscure compagne : [2ST]

      Une fois dans sa ‘Ténébreuse parure’, Kaerille peu se glisser dans l’ombre d’une personne. La silhouette de l’ombre de la jeune femme vint remplacer l’ombre de la personne. Kaerille est obligée de suivre les mouvements de la personne, elle ne peut pas influer sur les faits et gestes de la personne. Elle s’épuise normalement, et si son corps ne peut pas suivre les contraintes de la personne qu’elle suit, alors elle est éjectée de l’ombre.


    • Ballade ombrageuse : [2ST]

      Cette fois, il ne s’agit pas de faire remonter l’ombre sur elle, mais plutôt, de descendre dans ladite ombre. Kaerille se fond ainsi dans son ombre, adoptant toute les propriétés de cette dernière. Par contre, elle est sujette aux dégâts, si bien que si l’on renverse de la poix brulante sur l’ombre qui passe, le corps sera brulé, ou si on lui marche dessus, elle subira les affres d’une chaussure sur le coin du nez. En pleine lumière, elle est incapable de rester dans son ombre, et elle se fait ainsi éjecter de sa propre ombre, revenant dans les dimensions en relief.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kaerille
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novus Genesis - Redemptio ::  :: Fiches technique :: Fiches Techniques en Activité-
Sauter vers: