AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [BEHMP] Entrevue Surë - Wingel

Aller en bas 
AuteurMessage
Serziel
Suedel - Administrateur - Espace
avatar

Messages : 417
[IRL] Surnom : Yan'

Feuille de Personnage
Guilde: Ordre Ëjid
Niveau: 32
Espèce: Elfe Sombre

MessageSujet: [BEHMP] Entrevue Surë - Wingel   Lun 23 Nov - 12:09

- Une semaine après les événements du Col des Homoncules -

Le Sephiroth fronça les sourcils. Un messager était venu lui apporter une nouvelle qu'il n'appréciait qu'à moitié. Et elle concernait le Général Iswa, en qui il avait une totale confiance. Inutile de préciser que la conjugaison de ces deux choses dans une même information ne pouvait que le perturber. Délaissant le caisson d'observation de la salle d'entraînement des Nettoyeurs, Surë parcourut à grands pas les longs corridors du sous-sol de la Basilique. Son esprit retournait en tous sens les renseignements dont il disposait alors, à savoir que le groupe du vieil elfe lumineux avait ramené à Ithaf un stigmatisé, et que visiblement il jouissait d'une certaine liberté. C'était tout à fait inadmissible, et jamais Wingel ne serait en accord avec une telle décision, à moins bien sûr que les arguments soient conséquents et suffisamment éloquents pour le convaincre de faire exception de ce cas. Ce qui paraissait improbable. L'être divin bifurqua à un énième carrefour et rejoignit une sorte de hall où l'attendait Iswa. Le Général était assis dans un épais fauteuil pourpre, ses pieds battant l'air à quelques centimètres du sol. Il semblait nerveux, et Nÿm songea qu'il n'avait pas tort. Droit, il fixa son interlocuteur, ne prenant pas même la peine de poser les questions qui lui brûlaient les lèvres.

"Tu sais que nous avons du intervenir dans les Montagnes Arahas ?" commença l'elfe.

Les deux se tutoyaient depuis le commencement. Le lumineux était cependant le seul à pouvoir prétendre à ce titre en dehors des autres créatures divines appelées par Sued pour ramener la paix sur Terra. Voyant que le Sephiroth ne semblait pas décidé à se faire plus loquace, Iswa reprit son récit :

"Originellement, nous devions débarrasser un col de la présence d'Homoncules, EGM et autres monstres. Cependant, après une petite investigation, nous avons découvert l'existence d'un ancien laboratoire, dans le flanc même de la montagne. Il paraissait totalement abandonné et, hormis des regroupements de créatures hérétiques, il semblait vide de toute forme réelle d'intelligence."

Il marqua une pause, cherchant probablement comment tourner sa future phrase. Il y avait bien réfléchi avant l'arrivée de son vis-à-vis, mais désormais c'était un peu différent. Lui-même, quand il avait appris la nature de leur 'hôte', s'était révulsé, en proie à de violents souvenirs. Si cela n'avait dépendu que de lui, il l'aurait à coup sûr exécuté sur le champ. Sans aucun préavis. Pourtant il avait lui-même ordonné que l'on ramène le 'sujet' à Ithaf, et il devait assumer les conséquences de ses actes.

"Dans un des sous-sols, un des ordinateurs continuait de fonctionner. Il s'occupait de la gestion des fonctions vitales d'un... individu. Nous ne savions pas de quoi il s'agissait et j'ai ordonné qu'on le ramène au campement, puis à la Basilique pour une série de tests et savoir de quoi il en retournait réellement. Il s'est avéré que c'est un stigmatisé."

"Pourquoi ne pas l'avoir tué, alors ?"

Le ton de l'être divin était glacial. Le terme même de 'stigmatisé' avait tendance à le mettre hors de lui. Ces 'choses' ne méritaient tout simplement pas de vivre. Du moins pas sur la planète dont Sued était le garant. C'est pourquoi toutes ces formes de vie hérésiarque se devaient d'être totalement détruites. Eradiquées. Surë plongea ses yeux dans ceux du vieil elfe.

"Il est amnésique. Sujet à de nombreuses expériences, ils ont effacé sa mémoire selon un processus que nous ne maîtrisons pas. Il n'a pas même un souvenir de son passage au laboratoire, et sa mémoire la plus récente remonte à son réveil sur le flanc du Mont Arahas. C'est là que nous avons constaté ces dons pour la télépathie."

"Les maîtrise-t-il ?"

"Pas encore. Il n'en a simplement pas conscience. C'est pourquoi je pensais lui faire suivre un entraînement spécifique. Quitte à en faire une 'arme' à notre service."

Nÿm fit une moue. L'exercice pouvait se révéler à double-tranchant. Certes, ces capacités uniques aux stigmatisés pourraient se révéler d'une utilité sans équivalent dans les rangs des Ëjids. Toutefois, le risque d'une rébellion naturelle de l'individu était grand. Il pourrait retrouver la mémoire, et alors s'opérerait une prise de décision entre la haine des humains et autres assimilés qui l'avaient traité comme l'objet qu'il était ; et le respect dû tout de même à l'Ordre qui l'avait recueilli. Sans parler qu'une prise de conscience de ses dons pourrait le rendre dangereux vis-à-vis l'organisation dans son ensemble. Tous les autres devraient suivre un traitement particulier, ou une formation d'occlumancie mineure. Finalement, le Sephiroth acquiesça. Il s'inclina et fit volte-face. Nul mot de fut nécessaire : il allait en parler à son supérieur.

---

Surë toqua à la porte du bureau. La situation était de première importance, et il devait en faire part de toute urgence à Wingel. Lui seul avait le pouvoir de décider du sort de cette... 'créature' blasphématrice. Se mettre à leur service ne serait pas un moyen d'atténuer le pêché qu'était son existence ?


Dernière édition par Surë le Sam 2 Jan - 19:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariel
Suedel - Fondateur - Tempérance
avatar

Messages : 1491
[IRL] Surnom : Bia

Feuille de Personnage
Guilde: Ordre Ëjid
Niveau: 32
Espèce: Infans Deum

MessageSujet: Re: [BEHMP] Entrevue Surë - Wingel   Ven 4 Déc - 18:59

" Yahre, Yahre. "

Le Suedel, alors que la porte cessait à peine de trembler après les coups répétés du Sephiroth, se leva pour lui ouvrir. Son pas était nonchalant, trépignant à l'idée même d'avoir cette discussion. La connexion constante qu'il entretenait avec Surë lui permettait d'entrevoir en sa compagnie chacune de ses pensées, la moindre des nouvelles et le jugement qu'il y portait. Nÿm lui, n'hésitait pas. Cette abomination aussi extraordinaire que pouvait l'en juger le Général Isua n'était que l'une des raisons pour lesquels des êtres comme lui étaient venus peupler Terra. Mais, sans l'aval de Wingel, il ne pouvait prendre une telle décision. Et lorsque la réponse du patron de l'Ordre n'est pas instantané, lorsqu'il tarde à venir lui siffler ses ordres aux oreilles, il court le voir. Inexorablement, cette scène se reproduisait, se reproduit et se reproduirait dans que les deux hommes resteraient les fiers gardiens et précurseurs de l'Ordre des Ëjids.

" Toquer... Quelle vulgaire banalité. Tu n'es plus obligé de t'encombrer de ses fadaises.

Je te coupe. Mais avant toutes choses, assieds-toi et accepte cette tasse de thé. Les effluves de ce parfum, qui me fut offert par des nains, a soit disant la vertu de nous immuniser contre les radiations de la mana. J'aimerai savoir si cela peut avoir une influence sur nous autres, divins. "


Le pilier central de la balance divine, voici ce qu'était cet être aux mille précautions. Légèrement plus petit que son homologue, il siégeait dans un véritable trône à quelques pas de Nÿm. Les deux tasses servies, il glissa un sucre dans la sienne, puis s'en empara avant de se retourner, tournant ainsi le dos à Nÿm et mirant une la magnifique planisphère de Terra qui tapissait la plus grande pièce de ses quartiers : son bureau. Antiquités en tout genre, mille et une croyances, des centaines de siècles et trois grosses myriades d'ouvrages historiques et éternels, réunis entre quatre simples murs, et tous connus sur le bout des ongles par le génie qu'il était. C'est par un silence de plomb que les deux hommes attaqueraient le débat. Leur deux cerveaux liés, des nappes colorés, des effluves parfumés jaillissant de leurs corps, cet affrontement idéologique et politique, la première remise en question de Surë envers son maître se faisait par la télépathie.

Dans un premier temps, le débat fut axé sur les circonstances de cette rencontre, les pourquoi du comment de la soudaine apparition de cet être et surtout sa provenance. De quel droit, et par quel moyen, pouvait-il ainsi attiser les curiosités d'un ordre aussi grand et noble, propriétaire d'un peuple entier, et de tout un continent pour les accueillir. Pourquoi lui, et lui seul. Les deux hommes partageaient le même avis à propos du Général Isua, leur confiance à son égard était inébranlable. Il avait par plus d'une fois su prouvé qu'il méritait les galons et les médailles qui habillaient sa veste d'apparat. De cette courte introduction n'entraînera finalement que flatteries et sourires, une situation latente qui satisfaisait pleinement l'Azhar. Ce-dernier s'adonnant en vérité à une véritable stratégie. Chaque discussion était à ses yeux une partie d'échec de haute voltige, aucune règle, seulement le score.

Enfin, Surë entra dans le vif du sujet. "Quand le tuons-nous ?, trancha-t-il." Wingel répondit négativement. Il avait d'autres projets pour l'être. Et cette première incartade eut don d'envenimer légèrement la situation. Les deux hommes s'adonnèrent à un jeu de question réponse qui dura plus d'une dizaine de minutes, sans même effleuré des lèvres un semblant d'entente cordiale... Et, étonnamment, le premier à élever le ton -bien que cela demeure un murmure- fut Théran Azhar.


" Tu dois comprendre. Notre foi connait des limites, ces limites sont nées de la raison et de l'intelligence dont notre Père nous a doté. Il est blasphématoire de remettre nos âmes et nos interprétations en cause. Nous sommes tels qu'il la toujours été. Tu dois garder la foi. Tu ne dois surtout pas user de cette foi pour justifier un quelconque appétit. Tu dois voir plus loin que demain, tu dois songer éternité. Car c'est ce que nous sommes, nous anges, éternels. "

" Il existe une mesure pour tout. Vous êtes l'incarnation de cette vérité incontestable. Et il est autrement plus blasphématoire d'offrir à une abomination le grade d'Ëjid que quelque autre pensée que ce soit. "

" Tu fais erreur petit frère. Je te sens comme perdu. Aucun Ëjid n'ira à l'encontre d'une de mes décisions, si aberrante soit-elle. Tu sous-estimes mon pouvoir. Cela aussi, c'est blasphématoire. "

Surë n'était pas un imbécile. Il savait pertinemment que cette décision n'aurait aucun impact sur le monde extérieur, pour le Suedisme tout entier, les Ëjids n'étaient qu'une faction extrémiste chassés jours et nuits par les sbires du Pontife.

Mais Nÿm, après un bon quart de pendule de débat télépathique restait intransigeant. L'idée de son Suedel était folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serziel
Suedel - Administrateur - Espace
avatar

Messages : 417
[IRL] Surnom : Yan'

Feuille de Personnage
Guilde: Ordre Ëjid
Niveau: 32
Espèce: Elfe Sombre

MessageSujet: Re: [BEHMP] Entrevue Surë - Wingel   Dim 6 Déc - 17:12

Pour divines créatures qu'ils étaient tous deux, Nÿm n'arrivait pas à percer le halo obscur qui, à ses yeux, entourait la décision du Suedel de sa sombre nitescence. Le Sephiroth était plongé dans un tourbillon de contestations qui voyait sa foi aveugle et ses choix anciens mis en vis-à-vis d'un présent qui lui aussi imposait de nouvelles conditions, des termes à prendre en compte sans quoi la terrible épopée des êtres divins risquait d'être considérablement ralentie. C'était probablement cela que voulait lui expliquer son frère et guide. Voir plus loin que demain ; songer éternité. Toutefois, il s'avérait que le projet originel était d'éradiquer toute forme de vie impie de la surface de Terra : pourquoi donc repousser à plus tard ce qui pouvait être exécuter sur le champ ? Surë vivait dans l'action, dans l'immédiat. Il obéissait indéniablement aux ordres qu'on lui indiquait, dès lors qu'ils allaient dans l'optique de la volonté de Sued. En ce jour, l'incompréhension était de mise comme en attestait le silence télépathique autant que sonore qui s'était instauré entre les deux instances supérieures depuis plusieurs minutes. Wingel avait la politesse de laisser son ami songer en paix. De toutes les façons, il n'aurait pu être réellement plus clair que par les propos qu'il avait employés, et tout n'était qu'une question de temps avant que le Sephiroth n'abdique enfin.

Nÿm posa son regard sur la tasse qu'il tenait dans sa main. Le liquide sombre était encore fumant et ses vapeurs envoûtantes montaient jusqu'au visage de l'elfe, l'enrobant d'une voile chaleureux. Bienfaisant. Prenant doucement une gorgée du brûlant breuvage, il souffla ensuite à sa surface, chassant les épais volutes comme il chasserait ses doutes. Le thé tournoyait. Les rares feuilles qui n'avaient pas été correctement filtrées se mouvaient à sa surface, parfois disparaissant avant de remonter, dans ce même mouvement de rotation. Enfin, tout s'arrêta. Maelström ; doutes. Silence.

L'elfe reporta ses yeux sur le Suedel. La période d'incertitude était désormais passée. Il s'était tant résigné qu'il avait tenté de comprendre et d'accepter les choix de son maître. Reposant la tasse sur le bureau, il étendit son esprit jusqu'à ce que celui-ci rencontre les hauts remparts de celui de Wingel. Une porte s'y ouvrit doucement et l'échange muet reprit doucement, expurgée de toute houle intellectuelle. Les idées allaient et venaient avec plus de fluidité et moins de tourments qu'auparavant, peut-être tout simplement parce que le Sephiroth mettait plus de retenue dans ses propos, moins de hargne vindicative à l'égard de l'être inférieur qui allait 'librement' dans les murs de la Basilique ithafan. Ainsi, Nÿm tenta d'argumenter sur le fait que prendre sous son aile un stigmatisé était un risque, si minime fût-il, pour Wingel. Mais l'Azhar ne put que sourire à cette constatation en laquelle même l'elfe ne croyait pas. Il savait pertinemment que les pouvoirs de son maître dépassaient ce qu'il pouvait connaître, et qu'un hérétique ne serait rien d'autre qu'une poussière face à lui, si tant était qu'il eut dans l'idée de s'opposer au Suedel. Au mieux un grain de sable dans les rouages de l'Ordre. Un grain qui serait éliminé d'un souffle et aussi vite plongé dans les méandres de ce qu'étaient dles souvenirs.

L'aiguille filait autour du cadran, témoin impassible de la fuite inexorable du temps. Depuis le début du débat, elle avait pratiquement effectué un tour complet. Les discussions d'une telle longueur étaient on ne pouvait plus rares, mais l'objet de la mésentente était de taille. Pourtant Nÿm finit par abdiquer. Epuisé psychologiquement et quelque peu déçu de n'avoir su maintenir ses positions continua à haute voix.

"J'apporte donc mon consentement à ce que cet... individu fasse partie de l'Ordre Ëjid."

Il marqua une pause, quand un mélange de perplexité et d'appréhension le poussa à reprendre, ses yeux émeraudes croisant une énième fois ceux du Guide.

"Qui comptez-vous mettre en charge de sa formation ?"

Nul mot. Nulle pensée ne s'échappa de l'esprit du Suedel. Seuls son regard et le pesant silence qui découla du questionnement furent matière de la réponse. Les pupilles de Surë se dilatèrent. Retenant un flot de colère à l'encontre de celui qui se jouait actuellement de lui, il murmura un sévère :

"Il en est hors de question."

Il était hors de question que lui-même prenne le stigmatisé comme apprenti. Il ne voulait pas de lui. Il ne voulait pas qu'il vive, et si il avait cédé, ce n'était que parce que Wingel le lui demandait. Peut-être lui avait-il imposé son choix, finalement, mais les apparences sont trompeuses et le Sephiroth avait seulement eu la sensation d'accepter le choix de son maître. Le Suedel était doué. Mais l'ultime requête allait trop loin. Il lui faudrait un argumentaire bien plus consistant pour que Nÿm capitule une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariel
Suedel - Fondateur - Tempérance
avatar

Messages : 1491
[IRL] Surnom : Bia

Feuille de Personnage
Guilde: Ordre Ëjid
Niveau: 32
Espèce: Infans Deum

MessageSujet: Re: [BEHMP] Entrevue Surë - Wingel   Mar 8 Déc - 20:43

" Malheureusement, tu es ici le seul à connaître non seulement le sujet, mais aussi mes motivations. D'abord, je n'ai ni l'envie ni l'obligation de me justifier auprès de quelqu'un d'autre que toi, et ta seule présence suffira à taire les curieux. Et puis... Pour ne rien te cacher, ta réaction va dans le sens que j'espérais, tu sauras le pousser dans ses derniers retranchements, la haine qui t'habite, le désir que tu éprouves de la voir dégager ou mourir, c'est une chose que je veux chez un mentor. "

Nÿm semblait quelques peu sceptique de la dernière phrase du Guide Spirituel de la théocratie. Ce-dernier choisit de laisser quelques secondes de réflexions au jeune homme. Mais malgré toutes les digressions plus qu'intéressantes qui déferlaient sur son esprit, aucune ne le convint. Wingel se leva, il allait falloir se dévêtir une fois de plus, une vérité, un secret, allait de nouveau quitter son encéphale pour glisser sur les murs de ce bureau énigmatique. Il se frictionna le front avec l'extrémité des doigts de sa main droite... D'une voix taciturne et froide, il exposa sa vision des choses.

" Nous ne sommes ni les gentils, ni les méchants. Nous basons nos agissements sur un soucis d'équilibre, nous sommes élitistes, et Sued nous interdit de commettre une erreur. L'équilibre est directement dépendant du temps, l'échec nous est donc interdit. C'est un fardeau, de n'avoir point droit à l'erreur, et c'est cette obligation qui a une incidence direct sur notre doctrine.

Depuis la nuit des temps, la relation maîtres à élèves est une allégorie de la rivalité. Les élèves, dépassent leur maître, avant ou après sa mort, mais toujours, sinon ce monde ne grandirait pas, n'évoluerait pas. Alors, inutile de se voiler la face, de mentir au mentor en leur faisant croire qu'ici, chez les Ëjids c'est différent, j'œuvrerai toute mon existence pour que les mentors nous soient aussi utiles que leurs élèves, j'éviterai ses affrontement auto-destructeurs en officialisant ce climat d'hostilité qui règnera aujourd'hui et pour toujours entre les deux générations. En ayant connaissance, possession de cette guerre qui durera, faisant fie des vérités et des conditions, nous saurons l'utiliser à notre avantage. Les élèves seront toujours plus forts que leur maîtres, mais aucun des pouvoirs des deux partis n'échappera à notre contrôle. Nous nous battrons avec les deux forces.

En fait, l'équilibre de cet ordre, dépend de ces relations hostiles et formatrices. Je veux que tu sois l'image emblématique du mentor, toi, car jamais je n'accepterai d'avoir un disciple, par soucis de pouvoir et de supériorité. L'entité que je suis et que j'incarne dans cet ordre, lui est indispensable. Je te protègerai de ce stigmatisé, mais j'ai besoin d'un couple mentor/élève, qui incarne le devoirs de former, au dépend de leur exécration mutuelle, une antipathie qu'ils ne doivent surtout pas cacher, cependanyt. "


Son regard se leva, il s'était rassis, attendant que Surë donne son avis sur la question. Wingel avait conscience de ce qu'il demandait à son jeune Sephiroth, une implication constante dans une mission délicate et primordiale qui ne lui plaisait probablement pas. Mais il en allait de son honneur, d'une image d'un exemple que son Suedel voulait exposer à l'ordre entier afin de eur insuffler une ligne de conduite indispensable au développement de leur faction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serziel
Suedel - Administrateur - Espace
avatar

Messages : 417
[IRL] Surnom : Yan'

Feuille de Personnage
Guilde: Ordre Ëjid
Niveau: 32
Espèce: Elfe Sombre

MessageSujet: Re: [BEHMP] Entrevue Surë - Wingel   Lun 14 Déc - 18:20

"Nous ne sommes ni les gentils, ni les méchants."

Cette phrase résonna longuement dans l'esprit du Sephiroth. Il était vrai qu'il avait parfois douté du bien-fondé de ses agissements, mais considérant qu'ils n'étaient exécutés que dans l'optique désirée par Sued, il s'en était toujours remis à sa foi aveugle pour s'absoudre personnellement de ce qui aurait pu lui apparaître comme des péchés. Ce jour encore le menait en face de ses convictions, comme une bataille entre le Bien que l'on voulait voir et le Mal que l'on créait pour se donner contenance. En réalité, tout au fond de lui, il avait toujours eu conscience de cette inexistence des deux factions. Ni l'une ni l'autre n'avait jamais vu le jour. Ou alors elles naissaient perpétuellement dans les esprits des peuples, mais sous des formes si variées que la notion imprimée en lettre majuscule en devenait dérisoire. En réalité, Nÿm se forgeait peu à peu l'image du monde qu'il pouvait percevoir des dires de celui qu'il considérait tout de même comme son mentor. Ni bons, ni mauvais. Seulement un équilibre, vacillant à tout instant. Aussi fragile qu'une brindille et que des personnes tapies dans l'ombre tentaient de maintenir de toute la force de leur propre existence. Cette équilibre était uniquement dépendant des volontés des peuples à la surface de Terra, et la théocratie, aux yeux du Sephiroth, était le moyen le plus adéquat pour rallier la population à une seule et unique cause, vouée au maintien d'un équilibre précis dont les êtres divins seraient ensuite les garants.

Peut-être se plongeait-il dans un cheminement erroné ; mais quand bien même, son esprit s'était éclairé, et de nouveau il était disposé à servir Wingel. Ainsi ce dernier désirait mettre à profit la haine que Nÿm éprouvait à l'encontre du stigmatisé, pour qu'une relation de confrontation, de rapport de force permanent s'instaure entre eux. Qu'au final, l'individu en vienne à haïr son maître comme celui-ci le faisait. Qu'il veuille à n'importe quel prix le surpasser, quitte à en désirer sa mort comme objectif vital. Le Suedel le protégerait, ceci le Sephiroth en avait conscience, et lui-même ferait tout ce qui serait en son pouvoir pour ne jamais voir le jour où son élève pourrait lui devenir supérieur. Ses doigts étaient crispés sur la tasse. Enfin, il osa relever le regard qui jusqu'à présent s'était perdu dans les méandres de son subconscient. Enfin, il osa plonger ses iris émeraude droit dans ceux de son ami. Guide spirituel plus que maître. C'était probablement là que résidait le secret de leur relation. Si Nÿm progressait, c'était dans le but de servir Wingel ; si l'idée de le dépasser l'avait bien effleuré, elle s'était rapidement évaporée, pareille à un mauvais songe. Se jauger par rapport à un autre était parfois nécessaire, mais tout auparavant primait l'exigence de savoir qui l'on était ; ce dont l'on était capable. Et le Sephiroth avait encore ce besoin de se découvrir.

Il inclina la tête en signe de respect et d'assentiment.

"Ainsi soit-il. Il deviendra mon élève, et j'en ferai un Ëjid ; parmi les meilleurs éléments."

Jugeant que la conversation avait abouti, Nÿm se redressa. Il n'accorda pas même un ultime regard à Wingel et prit la direction de la sortie. Alors qu'il tenait la porte, le dos tourné au Suedel, et prêt à la refermer pour s'absorber dans de toutes autres interrogations, il ajouta d'un ton des plus neutres :

"Il regrettera seulement qu'Iswa et son équipe l'aient découvert."

La porte glissa sans bruit.

- Rencontre avec le stigmatisé puis premiers tests -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [BEHMP] Entrevue Surë - Wingel   

Revenir en haut Aller en bas
 
[BEHMP] Entrevue Surë - Wingel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anons (Entrevue avec Amaral Duclona - Radio Optimum)
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» demande d' entrevue avec Monseigneur Bushiro
» L'agneau et le Loup, Entrevue Secrète [PV Karin x Keisuke : Hentaï]
» Une entrevue inopiné [FB 1624, 2 semaines]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novus Genesis - Redemptio ::  :: Continent de Digmard :: Canton d'Ithaf :: Cité d'Ithaf :: Sous-sol de la Basilique-
Sauter vers: