AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [5 ans auparavant] - Ballade nocturne

Aller en bas 
AuteurMessage
Kalakiel
Suedel - Administrateur - Sentiments
avatar

Messages : 199

Feuille de Personnage
Guilde: Coalition Pirate
Niveau: 32
Espèce: Suedel

MessageSujet: [5 ans auparavant] - Ballade nocturne   Lun 27 Sep - 12:00

La nuit faisait son office, laissant les sombres ruelles calmes et silencieuses, si ce n’est en de rares endroits où elles étaient les témoins silencieux de la pauvreté et de toute la déchéance qu’elle apporte au quotidien. Les bas quartiers n’étaient pas réputés pour leur sécurité, et encore moins pour la pitié des habitants à l’égard des mieux lotis qu’eux. Quoi de plus normal en quelque sorte, la vanité, la concupiscence, la convoitise et tout ces autres maux qui accablent le cœur de l’être pensant, comment pourrait-il en être autrement ? Le sol délicatement pavé, était, par endroit, souillé de paille et de terre, de cadavre en putréfaction, ou encore d’immondices naturelles laissées là à la vue de tous. Les habitants ne prenaient pas soin d’eux même, ni de leur congénère, c’était à celui qui vivrait le plus longtemps dans son trou à rat. Les bidonvilles inférieurs n’étaient qu’un coupe-gorge pour les personnes non aguerries à quelques luttes martiales, ou non équipées à la survie par les armes. Le facteur groupe pouvait être discuté en fonction des aptitudes de chacun, mais il accroissait considérablement les chances de s’en sortir ou d’être laissé en paix.

C’est dans ce contexte quelque peu anarchiste, que l’action se déroulait. L’Amiral Elvriel de la grande coalition pirate, marchait tranquillement, seule au premier abord, dans les rues nauséabondes des bidonvilles inférieurs. Elle n’était pas réellement la bienvenue dans ce royaume, contrôlée par un de ses frères avec qui elle avait quelques désaccords assez importants… Et ce n’était rien de le dire. Néanmoins, elle avait à faire dans les environs. Elle devait rencontrer un contact sur le continent, car toute Suedel qu’elle était, elle devait bien se renseigner un minimum de temps en temps. Elle était persuadée que dans les bidonvilles de la capitale, elle ne craignait pas de faire de vilaine rencontre autre que celle afférente à la vermine hantant les lieux. Mais ces sous être ne méritait pas vraiment son intérêt. Elle ne portait pas ses habits d’Amiral sur elle, mais une tunique simple, d’une couleur bleu nuit, fermée jusqu’au cou afin de ne laisser aucune parcelle de peau visible pour ces messieurs avides de truander et de violenter une dame d’honneur. Sur son visage, elle portait un bout de tissu sur son nez et sa bouche, ne laissant voir que ses yeux. Ses cheveux étaient tressés dans son dos, en une longue natte descendant jusqu’au creux de ses reins. Certes, elle respirait la richesse dans sa manière d’être et dans ses vêtements, mais il était hors de question pour elle de passer pour une mendiante. Question d’orgueil sans aucun doute. Une épée battait son flanc, tandis que ses canons d’avant bras luisaient par moment à la lumière d’une torche, censée donner un peu de clarté à ces rues sordides, n’ayant qu’un résultat moindre, faisant virevolter quelques ombres inquiétantes sur les parois des murs.

Cela faisait maintenant une bonne heure qu’elle attendait son contact. Il ne se présentait toujours pas au lieu convenu, et elle due en déduire qu’il avait du se faire prendre. Néanmoins, il n’avait pas du parler, puisqu’aucun comité d’accueil n’était visible et ne l’avait appréhendé. Méfiante, elle ne s’était pas montrée non plus, restant dans l’ombre d’un porche. Des gens passaient de temps en temps non loin d’elle, elle vit même un pauvre bougre se faire tabasser par une bande de jeune qui en avait juste après sa veste. Elle n’était pas là pour apporter la justice ici, aussi, elle se garda bien d’intervenir. Résignée, elle décida de s’en retourner, déçut de ne pas avoir eut ce qu’elle voulait. L’air de la nuit était plaisant, même s’il puait atrocement. Aussi, elle décida de passer un petit temps bonus dans les rues, afin de découvrir d’éventuels charmes dans les environs. Elle n’avait pas de grand espoir. Peut être qu’elle était guidée par une envie de meurtre, de sang, et autres joyeusetés dans ce genre. Elle avait pas mal de matière première pour ouvrir une boucherie si elle le désirait, mais elle ne voulait pas faire de la provocation inutilement. Non, si Sued était de son côté, il ferait en sorte de lui amener sur un plateau de jeunes loups entreprenant avec elle, afin qu’elle puisse en faire un casse croute… Sinon, elle n’irait pas chercher querelles à des habitants passifs.

La nuit était bien entamée, mais elle n’était pas encore terminée pour la jeune femme qui arpentait les ruelles…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katzenberg
Néophyte
avatar

Messages : 16
[IRL] Surnom : Katz

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 1
Espèce:

MessageSujet: Re: [5 ans auparavant] - Ballade nocturne   Lun 27 Sep - 17:24

Les bidonvilles de Pandémonium, une aubaine pour le voyageur itinérant voulant ce reposer à bas prix, et une aubaine pour le voleur voulant larciner le voyageur itinérant. C'est dans ces ruelles nauséabondes que débarqua Katzenberg après sa longue traversée des enfers.
Son cauchemar avait commencé voici de long mois dans le laboratoire qui l'a vu en quelque sorte renaître. Imaginez vous seul avec aucun souvenir de ce qu'est le monde, ayant tout à réapprendre de la situation.
Et pourtant lui qui pensait voir sa situation s'améliorer une fois sorti de son terrier il dut se rendre à l'évidence. Traverser à pied la moitié des montagnes d'Aharas pour rallier Pandémonium n'avait rien d'une partie de plaisir, surtout dans son état.

C'est pourquoi quand il arriva après ces deux mois de marche incessante et de souffrance il finit par entrer dans la ville de Pandémonium éreinté et à deux doigt de l'évanouissement, vétu de vieux vétements aussi sale que lui et d'une cape de voyage le recouvrant presque entièrement.
Ne se sentant pas capable de batailler oralement et ayant l'air d'un clochard il se dirigea instinctivement vers les bidonvilles plutôt que de chercher à survivre dans des lieux plus humains.

De ce qu'il avait put apprendre par ces rares rencontres durant son trajet il y avait quelques endroit ou il pourrait trouver du travail et un logis pendant un moment dans ces quartier. Pour ce qui était de sa sécurité Katzenberg savait qu'il n'avait pas trop de risque à courir ici étant donné qu'on voyait clairement qu'il n'avait rien à offrir, et même si quelqu'un s'approchait il n'avait qu'a brandir l'épée ithafan qu'il avait récupéré dans le complexe.
Cela aussi il l'avait appris sur la route, la peur qu'inspirait la milice théocrate faisait que les gens évitaient comme la peste d'être mêlés à l'autorité d'Ithafan. C'est pourquoi dès qu'il se sentait menacé il faisait tournoyer cette épée que les gens reconnaissaient immédiatement tellement elle était ostentatoire. Ça plus le visage aux yeux entièrement noir de Katzenberg suffisait à lui éviter la plupart des ennuis, sinon il lui restait toujours le pistolet chandler de feu son ami Pennston.

Après avoir marché pendant presque une heure dans les bas fond de la ville il finit par se retrouver perdu au milieu de nul part. De plus en plus inquiet et fatigué il n'avait plus qu'une envie c'était d'un repas et d'un lit même si il ne pouvait le payer.
Mais ce fut à la rencontre d'autre chose vers laquelle il se rendait, déambulant à la recherche d'une auberge pas trop miteuse il arriva à un croisement dans lequel il s'engagea sans faire attention, en résulta ce qui devait forcément arriver. Il se heurta soudainement à quelque chose qu'il n'avait vu et tomba à la renverse, apeuré et paniqué il dégaina sans réfléchir avant même de s'être levé. Lorsqu'il eut face à lui la personne qu'il avait bousculée il faillit se mettre à lui crier de déguerpir mais deux choses l'empêchèrent;

La première chose fut de voir que la personne qu'il avait bousculée se tenait parfaitement droite devant lui alors que lui s'était stupidement ramassé sur le pavé et fait encore mal à son pied gauche déjà amoché.
La deuxième fut ce qui entourait cette personne, il savait ce que c'était pour avoir vu cette aura autour de lui et avait compris que c'était inhérent à toute personne touchée par le mana mais comparé à lui le mana entourant cette personne brillait puissance mille.

C'est pourquoi son geste fut arrêté net et qu'il ne put que balbutier:


- Qu'est ce que ...

_________________



Même la déraison a ses raisons que la raison ignore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalakiel
Suedel - Administrateur - Sentiments
avatar

Messages : 199

Feuille de Personnage
Guilde: Coalition Pirate
Niveau: 32
Espèce: Suedel

MessageSujet: Re: [5 ans auparavant] - Ballade nocturne   Mer 29 Sep - 13:23

Quelque chose devait se produire en cette nuit faste, et quelque chose se produisit bien évidemment. La jeune femme, au détour d’une ruelle, à l’angle d’un mur d’une bâtisse mal famée, percuta une forme noire qu’elle ne put identifier sur le coup. Le choc n’était pas assez rude pour la projeter sur le sol, elle qui avait le pied sur, comme tous les fils et filles de la mer. Néanmoins, elle avait reçut un coup sous le menton qui lui laissa quelques secondes d’incertitude quant à son équilibre. Elle reprit bien vite ses esprits quand la lueur d’une lame traversa son champ de vision. Ni une ni deux, elle se protégea avec son épée mais aucun choc ne vint heurter la lame de sa compagne d’acier, la chose au sol n’ayant pas laissé vivre son geste suffisamment longtemps pour que le coup parte. Une attitude purement défensive apparemment. Dominant de toute sa taille l’individu, elle maugréa quelque chose pour elle-même en portant sa main à ses lèvres pour estimer les dégâts s’il y en avait. Tâtant doucement la chair de sa bouche, elle passa sa langue sur ses gencives, ne sentant pas ce goût, celui si caractéristique du sang. La Suedel lâcha un profond soupir, braquant son regard méprisant sur ce qu’elle jugea être un homme par le timbre de sa voix :

« Qu’est-ce que quoi ? N’avez-vous donc aucune éducation pour bousculer une dame sans vous excuser ? »

Sans doute le choc lui avait fait perdre un peu la réalité du contexte des bidonvilles dans lequel ils se trouvaient, pour la voir s’exprimer de la sorte.

« Et que croyez vous faire avec votre babiole décorative ? »

Elle fit tinter les deux épées en les entrechoquant légèrement, par pure provocation sans aucun doute. En même temps, la jeune femme sentait qu’elle avait le dessus psychologiquement sur le bougre. Autant asseoir cette emprise le temps qu’elle dure. Certes, elle aurait pu taper avec force dans cette lame mais ameuter le quartier n’était pas une bonne idée. Ses yeux quittèrent un instant la personne au sol pour balayer les environs. C’était peut être un piège, une forme de distraction pendant que d’autre maraudeurs allaient l’attaquer par derrière. Machinalement, elle pivota un peu pour laisser le mur dans son dos, fermant une ouverture possible par l’arrière. Son épée était toujours pointée sur la gorge du malheureux qui avait eut la malchance de la percuter en ces circonstances. Ne voyant rien de particulier, elle s’adossa contre le mur tout en rengainant son épée. Passant une main dans ses cheveux, elle considéra l’individu sans l’aider à se relever. Peut être avait-il noté le fait que l’épée Ithafan ne lui avait fait ni chaud ni froid, même s’il semblait tout abasourdi par l’aura de son mana. D’ailleurs, elle se demandait bien pourquoi il avait l’air aussi ahuri de la voir…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katzenberg
Néophyte
avatar

Messages : 16
[IRL] Surnom : Katz

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 1
Espèce:

MessageSujet: Re: [5 ans auparavant] - Ballade nocturne   Mer 29 Sep - 18:06

La peur de Katzenberg s'accentua lorsqu'il s'aperçut que la femme qu'il avait dans sa maladresse bousculée avait comme lui une épée et avait l'air de savoir s'en servir à la différence du pauvre homme. Restant à terre et n'osant rien dire il la laisser le sermonner, sursauta même de peur lorsqu'elle tapota sa lame contre la sienne.
Décidément la malchance le poursuivait, à peine arrivé en ville il bouscule la première personne que la vue des symboles d'Ithafan ne faisait pas fuir.
Au bout d'un moment la femme rengaina son épée et s'adossa au mur, un peu rassuré Katzenberg essaya de se lever mais une douleur vive lui transperça le mollet et il s'affala contre le mur en transpirant, son organisme était encore très fragile et la fracture à son pied il le savait ne guérirait jamais complétement.

Malgré tout cela il avait conscience de passer pour un abruti dépourvu de politesse, il tenta de corriger le tir en parlant d'une voix coupée par la douleur:

- Désolé ... vraiment. Je ne voulais pas vous bousculer madame, je n'avais pas les yeux en face des trous. Et pardon aussi pour vous avoir menacé cette ça. D'habitude les gens me prennent pour un soldat ithafan et me laisse en paix.

A ces mots il rengaina son épée, pas prêt quoi qu'en pensait cette femme de s'en débarrasser. Il ne pouvait s'empêcher de la fixer elle et son aura. C'était la première personne "spéciale" qu'il croisait excepté son propre reflet et il se rendait compte qu'il y avait une différence significative entre son aura et la sienne. Se rendant compte qu'elle avait compris ou portait son regard il s'empressa d'ajouter:

- Oh euh ... pardon. Ça ne fait pas depuis longtemps que je vois le mana et ça fait vraiment étrange, surtout que le votre surpasse de loin ce que je pensait possible.

Sans s'en rendre compte il avait fait une gaffe qui pouvait se révéler monumental, on né "spécial" on ne le devient pas. Cette erreur était à mettre au compte de son amnésie mais lui qui désirait ne pas éveiller les soupçons sur son passé de scientifique donner le baton pour se faire frapper.

_________________



Même la déraison a ses raisons que la raison ignore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalakiel
Suedel - Administrateur - Sentiments
avatar

Messages : 199

Feuille de Personnage
Guilde: Coalition Pirate
Niveau: 32
Espèce: Suedel

MessageSujet: Re: [5 ans auparavant] - Ballade nocturne   Ven 1 Oct - 8:35

Kalakiel poussa un nouveau soupir. Elle était ennuyée par cet homme, mais il l’intriguait également. Prenant son mal en patience, elle se contenta d’écouter calmement les propos un peu entrecoupés du bonhomme. Soit il avait peur et c’était cette crainte qui mettait en ses dires quelques hésitations, soit il était blessé et c’était la souffrance qui s’en chargeait. Fine observatrice, elle pencha pour la seconde option plus que pour la première. Il avait chancelé sur un pied en s’appuyant sur le mur quand il s’était relevé. Heureusement il n’était pas tombé… Elle se serait sentie obliger de le relever. Kalakiel ne voulait pas attraper une maladie quelconque en touchant se pouilleux. Avec délicatesse, elle remonta le col de sa veste bleue marine sur son cou, laissant ses cheveux blonds couvrir le vêtement, comme pour se préserver inconsciemment d’une contamination, ou peut être était-ce à cause du froid qui se faisait toujours plus tranchant au fur et à mesure que la nuit avancée. Et dire qu’elle aurait pu soigner son pied. Mais à quel prix ? Quoiqu’il en soit, un fin sourire apparu sur son visage, quand il évoqua la crainte des soldats Ithafan. Son frère avait fait une bonne milice qui inspirait la crainte dans le cœur des hommes. Mais cela leur donnait beaucoup de pouvoir, et ce n’était pas forcément bon. Néanmoins, elle se doutait que le Suedel qui était derrière tout ça veillait au grain, en sa qualité d’équilibre. Pour mettre fin à la polémique de la bousculade, elle se contenta d’hausser les épaules en faisant un geste désinvolte de la main en ajoutant :

« Ca va pour cette fois. »

Par contre, puisqu’elle en était à pardonner, autant dispenser quelques conseils bien avisés au pauvre bougre qui tentait de survivre dans ce monde en se faisant passer pour autre chose qu’il n’était. Une forme de protection, de camouflage, à la manière des animaux, mais à l’échelle humaine. Voilà à quoi en était réduite l’humanité, une vaste mascarade d’hommes déguisés.

« Il y a des personnes qui ne craignent pas ces soldats… Et s’ils ne les craignent pas, c’est sans doute parce que la haine attise leur cœur… Prenez garde à ne pas croiser un groupe d’entre eux qui se ferait une joie de mettre en pièce un pion esseulé. »

Elle grimaça sans vraiment le vouloir quand ses yeux croisèrent les siens, aussi noir, si ce n’est plus, que la nuit elle-même. Pour couronner le tout, il l’a fixé d’un air absorbé. Instinctivement, car elle restait une femme et qu’elle avait ses propres démons, elle recula d’un pas, son dos glissant sur le mur. Il ne tarda pas à s’expliquer sur sa conduite.

« Dites-m’en plus. »

Cette simple injonction sonnait comme un ordre dans l’air. Kalakiel croisa les bras sous sa poitrine, affichant un air poli sur son faciès redevenu lisse de toute grimace, aussi fugace soit-elle. Elle ne pouvait contraindre quelqu’un à parler, même en y mettant les formes, mais puisque cet homme semblait vouloir se justifier de tout, autant l’encourager, et peut être glaner quelques informations qui se montreraient utiles en temps et en heure.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katzenberg
Néophyte
avatar

Messages : 16
[IRL] Surnom : Katz

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 1
Espèce:

MessageSujet: Re: [5 ans auparavant] - Ballade nocturne   Dim 3 Oct - 21:08

L'homme fut soudainement rassuré de voir que son geste avait était excusé, il se détendit soudainement de manière visible et se permit de reprendre correctement son souffle, il était toujours harassé par son voyage mais la perspective d'avoir un semblant de conversation avec quelqu'un hors qu'il avait été seul pendant plusieurs mois de suite ne le déplaisait pas non plus, c'est pour cette raison qu'il ne faisait pas non plus attention à ce qu'il disait:

- Vous savez cette histoire d'ithafan c'est juste de la statistique, j'ai moins de chance de croiser des soldats d'ithafan ou des extrémistes prêt à les attaquer qu'un voleur prêt à m'égorger, surtout ici vous ne trouvez pas? C'est pourquoi je vais continuer à la garder malgré tout, et puis si ce n'est qu'une babiole comme vous dites ça m'évitera de blesser quelqu'un par erreur.
Et puis pour tout vous dire si j'en était capable je serais surement de ceux qui attaquent la milice à l'heure actuelle.


Katzenberg était par trop innocent et naïf pour pouvoir se rendre compte qu'il livrait des informations sur sa vie passée de scientifique, il ne savait rien de la personne en face d'elle mais avec sa mémoire disparue était aussi parti la méfiance:

- En réalité c'est un impondérable qui m'a surpris. Si vous repartez par le sud en traversant le massif d'arahas vous tomberez si vous êtes chanceuse sur un ancien complexe de recherche d'une société ... le MANARC je crois ... "apparament" j'étais un chercheur et j'y travaillais. J'aurais fait selon toute vraisemblance une découverte importante sur le MANA. En tout cas je n'ai pas réussi mon coup, regardez mon état et vous comprendrez. J'ai réussi à créer une symbiose artificielle avec le MANA mais j'ai perdu mon statut humain en retour.

Ne pouvant plus tenir il finit par s'assoir à même le sol à cause de sa fracture. Sans même que Katzenberg le saches les nanomachines dans son corps s'étaient activées pour réduire la douleur mais ce n'était pas suffisant. Redressant son pantalon jusqu'au genou il inspecta la boursouflure rougeâtre qui lui servait de cheville.

- Excusez moi mais j'ai une patte folle. J'ai dut traverser à pied toute les montagnes d'Arahas avec ça, je peux vous dire que j'en par dessus de la randonnée. Enfin bref, tout ce que je sais c'est quoique j'ai fait là bas je l'ai raté et je me suis retrouvé en cuve de stase, puis ithafan nous a trouvée et à tuée la plupart de mes anciens collègues et en conséquence me voila ici, sans logement ni travail avec le pavé comme ami.

Il avait parlé avec amertume, cela faisait quelque mois déjà que les faits s'était passés et déja ce souvenir lui paraissait moins douloureux, mais il n'avait pas parlé de son amour perdu et ça il ne risquait pas de l'oublier si facilement. Se rappelant soudainement des règles de politesse lors d'une conversation il finit par dire en tendant une main décharné mais ferme à la femme le surplombant:

- Enfin bon, je ne sais pas pourquoi je vous raconte tout ça mais ça fait des mois que je nai pas ouvert la bouche. Je m'appelle Quentin Katzenberg.

_________________



Même la déraison a ses raisons que la raison ignore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kalakiel
Suedel - Administrateur - Sentiments
avatar

Messages : 199

Feuille de Personnage
Guilde: Coalition Pirate
Niveau: 32
Espèce: Suedel

MessageSujet: Re: [5 ans auparavant] - Ballade nocturne   Sam 9 Oct - 12:09

(Désolé pour le retard, je n’avais plus de connexion internet à mon appart… monde cruel, mais me revoilà).

La jeune femme écoutait attentivement. En même temps, il n’y avait pas vraiment autre chose à faire dans une conversation. Elle ne regardait pas son interlocuteur, se contentant de jeter des coups d’œil nerveux dans les rues avoisinantes. Le soleil n’était pas prêt de se lever, pas encore, mais la nuit commençait à tirer sa gracieuse révérence. Elle devait bientôt rentrer au navire qui l’attendait, mais elle disposait encore d’un peu de temps devant elle. L’homme ne se fit pas prier, et il déballa un peu tout ce qu’il voulait sur sa petite personne, à la première inconnue croisée. Décidément, il y avait maints gens curieux ici bas. Elle répétait mentalement ce que disait son interlocuteur, afin d’en garder une trace mnésique récente, pour alimenter la discussion en rebondissant sur tel ou tel aspect de son discours. La jeune femme, suivant tant bien que mal les dires du bonhomme, parvient à retracer un peu les mésaventures de cet homme. Il se disait chercheur, du moins, un ex-chercheur, qui aurait tenté une expérience sur lui-même pour acquérir certaines propriétés liées au mana. Quel fou. Il l’avait payé de sa vie. Il n’était qu’un lambeau d’humain, un morceau de chair doué de conscience qui n’avait plus la pleine puissance de son corps. L’esprit est certes important, mais l’enveloppe charnelle est prépondérante dans la vie d’un humanoïde. Que de souffrances il devait endurer. Néanmoins, elle n’avait que peu de compassion pour ce déchet d’expérience. Il avait prit, en son âme et conscience, la décision d’expérimenter sur lui. Il n’avait que ce qu’il mérite.

La jeune femme, la mine grave, hocha imperceptiblement la tête pour accorder le pardon à celui qui s’asseyait. Décidemment, elle se complaisait dans un mythe de toute puissance. Tellement habituée à commander et diriger, à voir ce qui ne peut être vu, à connaître les méandres les plus obscures de ce monde, à voir se dessiner dans l’air les fils entremêlés de la trame de cet univers, qu’elle se comportait un peu comme une personne au dessus des autres. Néanmoins, elle était faite de chair et d’os comme tout à chacun.

Les soldats Ithafan avaient donc eut vent du complexe, et ils l’avaient rasé. Ils avaient cependant mal fait leur boulot, comme l’on peut s’y attendre de la part d’humain armé pour le seul plaisir de détruire, défendant une idéologie qui n’était pas totalement assise sur des fondations en béton armé. Il fallait donc en conclure que cet homme n’était pas un cas isolé, que dans la nature, dans les montagnes ou dans les plaines, des monstres de son espèce pouvaient roder, représentant une menace pour le monde des humains, elfes, ou nains. Qu’importe, si les choses en étaient là, c’est parce que Sued en avait décidé ainsi, et l’on devait accepter les conséquences, les effets secondaires, les déviances perverses de cette pluie de mana salvatrice et destructrice. Kalakiel aurait pu tuer cet inopportun, mais c’était comme rendre un service à son frère, et depuis le désaccord qu’elle avait eut avec ce dernier à propos de sa sœur, elle n’avait guère envie de faire quoique ce soit de profitable pour le théologien de Sued.

La jeune femme n’eut rien le temps de répondre, que le pouilleux lui tendait la main pour accompagner sa petite présentation. Avec vigueur et fermeté, elle empoigna la main du dénommé Quentin Katzenberg qui lui rendit une poigne de main vigoureuse, aussi étonnant fut-ce-t-il pour un homme si délabré physiquement.


« Appelez-moi Elvri… L’Amiral de la coalition marqua un temps d’arrêt, devait-elle donner son nom à un inconnu dans les bascloîtres de la cité ? En même temps, si son histoire était vraie, et tous les sentiments qu’elle présentait chez son interlocuteur l’amenaient à le penser, il ne pouvait pas vraiment la connaître. Soit… Hum, excusez-moi, Elvriel Calaan. Votre histoire est dangereuse, et je vous conseil fortement de ne pas l’exposer à qui veut l’entendre, sans prendre certaine précaution quant à votre survie dans ce monde. »

Kalakiel marqua une courte pause dans son propos. Ses yeux s’étaient naturellement portés sur le malheureux vautré sur le sol du fait de son pied estropié, quand leurs mains s’étaient jointes. Elle lui avait serré la main comme à un pirate, avec fermeté et vigueur, qu’on ne s’attend pas toujours à trouver pour une femme, mais si elle voulait se faire respecter, elle ne devait pas faire sa mijaurée.

« Vous me racontez votre histoire sans ombrage, en long, en large et en travers, j’espère que vous n’attendez rien de moi, car je n’ai rien pour vous. Vous dites être sans logement, sans argent. Si vous attendez la charité de moi, elle ne viendra pas. Néanmoins, je suis quelqu’un de pragmatique, et je peux vous offrir un pécule contre un boulot. Qu’en dites-vous ? »

Elle ne savait pas si cette personne était capable de tout pour de l’argent, mais les espèces sonnantes et trébuchantes étaient un vice profond de l’humanité. Aussi, elle pouvait lui proposer un travail contre rémunération… Néanmoins, elle n’avait rien exposé du « job » en question.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katzenberg
Néophyte
avatar

Messages : 16
[IRL] Surnom : Katz

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 1
Espèce:

MessageSujet: Re: [5 ans auparavant] - Ballade nocturne   Lun 11 Oct - 16:28

Katzenberg écoutait la jeune femme se présenter et lui donner des conseils, si il avait fallu les comparer tout les deux elle était la fierté incarné alors que lui ne représentait que la déchéance, la puissance qu'elle dégagée et que lui seul dans ces ruelles miteuses semblait capable de voir jurait avec sa force à lui qui le rabaissait au rang de nouveau né, tant bien dans ses pouvoirs que dans sa vie qu'il avait totalement oublié.

Il essaya de ne paraître pas trop enjoué lorsqu'il l'entendit lui proposer un travail, il fit tourner un peu son pied gauche pour s'assurer que celui pourrait tenir le coup puis se mit à la tâche de se redresser. Il voulait la regarder au même niveau, ne pas paraître pitoyable et faible.
Car d'un travail il en avait plus que besoin, il s'était rendu jusqu'à Pandémonium afin de se reconstruire une vie, il n'aurait pas accepté d'errer sans but alors que dans son esprit neuf il avait tant de projets à accomplir, et le premier serait de survivre, le second de retrouver ce qu'il était avant.

Après un effort intense il se retrouvait à nouveau au niveau de la femme, se servant du fourreau de son épée comme d'une canne il releva la tête pour la regarder en face, il n'était pas encore habitué à son visage hideux et ses yeux vide et n'avait pas le réflexe d'éviter les regards, ce que dans sa honte il finirait par faire systématiquement au cours des années. Ayant préparé sa réponse il finit par dire avec un sourire que sa douleur venait entacher:

- Et bien je ne vous cacherais pas que je suis ravi de vous l'entendre. La charité n'aurait pas été un bon début pour moi, le travail c'est la santé et bien sur Mme Calaan j'accepterais … sans vraiment de condition bien sur.
Vous devez me trouver fou d'accepter un travail sans en connaître la nature. Mais si c'est honnête je suis prêt à tout et si c'est malhonnête … et bien j'ai l'impression que pour survivre ici je vais devoir m'endurcir alors oui j'accepte ce travail quelque soit sa nature, l'argent étant bien sur une raison mais la survie en est la principale.


La fixant à nouveau sans s'en rendre compte. Il avait vu l'expression qu'elle avait eu lorsqu'il avait prononcé le mot scientifique, tout le monde ici bas semblait les repousser comme la peste alors il avait vite appris à le déceler très vite, ou alors ce n'était que de la paranoïa. C'est pourquoi il ajouta d'une voix grave et sincère, surprenante de sureté et empreinte de tristesse:

- Et si je peux me permettre pour ma défense, ce que j'ai put faire là bas … auparavant. Je n'en ai plus aucune idée mais tel que je me vois maintenant je sais que je l'ai fait pour aider. Quand je vois les gens et ce qu'a fait le mana, j'ai l'impression qu'il y a une grande injustice. Des gens bâtiraient des empires rien qu'avec leur pouvoir sans l'avis de ceux qui n'ont pas été touchés, je pense que j'ai œuvré pour le bien de tous mais j'ai échoué … lamentablement bien sur.

_________________



Même la déraison a ses raisons que la raison ignore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskayna
Néophyte
avatar

Messages : 15
[IRL] Surnom : Chachou

Feuille de Personnage
Guilde:
Niveau: 1
Espèce: Sraman

MessageSujet: Re: [5 ans auparavant] - Ballade nocturne   Lun 27 Déc - 9:49

La première bouffée de liberté après tout ce temps passé en cellule. Nina respira le plus profondément possible, comme pour briser les chaînes l'en aurait empêchée pendant cette année de captivité. Elle ricana de satisfaction en se demandant si qui que ce soit avant elle avait pu s'échapper des murs de la prison la plus sécurisée du continent. Cela avait presque été trop facile. Elle leur devrait presque une fière chandelle, à ces pauvres fous d'Ëjids. Cependant, il était hors de question de ressentir la moindre gratitudes envers ces enflures. Elle avait entendu parlé d'eux, et de leurs hérésies; de cette frénétique envie de faire couler le sang des impurs. Par conséquent elle ne doutait pas de la morbidité de leurs intentions... Mais cela n'avait plus aucune importance désormais. Elle était enfin libre, affranchie de tout devoir. À l'horizon se profilait l'infinité d'orientations à donner à cette nouvelle vie.
Cette instant aurait probablement été plus délectable en plein jour, dans un endroit où elle n'aurait pas eu l'impression de se trouver dans un village carcéral. Une prison sans sentinelles, sans rondes de garde et sans surveillance, certes, et il est vrai qu'eux pouvait au moins entrer en contact avec d'autres personnes. Oui, ils bénéficiaient d'une certaine liberté, de loin supérieure à celle qui fut sienne durant ces longs mois. Pourtant, dans les quelques paires d'yeux noirs et vides qu'elle pouvait voir briller çà et là il n'y avait aucune lueur d'espoir, aucune trace de plaisir, ni passé ni à venir. Ils étaient prisonniers de leur propre misère, dont ils ne sortiraient probablement jamais.
Pour Nina, les choses seraient différentes : elle savait qu'elle trouverait toujours dans ce monde de tyrannie matière à se divertir et ne manquerait jamais de rien, car elle s'emparera de tout ce dont elle désire la propriété.
Le cœur tambourinant d'excitation, elle cheminait au milieu des abris insalubres, jusqu'à ce que sensation étrange ne la fige. Si la sulfureuse jeune fille ne connaissant pas la peur, son instinct lui intimait de changer de direction. Une force oppressante stationnait là-bas. Du mana. Une quantité imposante de mana, contre laquelle elle n'aurait aucune chance. Sa curiosité la poussa cependant à continuer sa progression, à couvert cette fois. Elle s'efforça de dissimuler son mana, comme lui avait appris son père – au moins aura-t-il servi à quelque chose – puis se glissa entre deux ruines, atteignant une rue parallèle. Plus elle progressait, plus elle sentait une terreur qui n'était pas la sienne palpiter dans ses veines. Elle marmonna rageusement pour elles-mêmes un :

« Oh, toi la ferme! »
Ayant enfin atteint le niveau l'objet de la frayeur d'Iska, la sramane se faufila à nouveau entre deux murs délabrés, puis s'accroupit discrètement derrière des tonneaux qui s'étaient trouvés là.
* Il faudrait presque que je remercie des morceaux de bois maintenant, tss! *
Leur positionnement était parfaite pour voir sans être vue. La scène avait plutôt l'air de valoir le détour : c'est d'une femme à l'allure noble et fière qu'émanait cette puissance ; une femme dont la présence n'aurait certainement parue plus incongrue nullepart ailleurs... Face à elle se tenait un personnage à l'aspect cadavérique qui se fondait bien mieux dans ce décors sordide. Portant, cette créature avait elle aussi quelque chose d'on ne peut plus intriguant : sa main était crispée sur le pommeau d'un long katana qu'elle reconnut aussitôt comme le si redouté Rédempteur.
Son intérêt pour leur petit manège passa un instant au second plan, alors qu'elle commença à enrager contre elle-même. N'avait-elle pourtant pas déjà entendu vanter les mérites des ces lames? Elle qui affectionnait tant l'excitation que procurait le combat rapproché, la subtilisation de celles des deux Ëjids ne lui avait même pas effleuré l'esprit tellement elle s'était focalisée sur le danger que représentaient pour elle leurs armes à feu.
Quoi qu'il en soit, ce duo avait de quoi intriguer et sentait la magouille à plein nez... C'est pourquoi la fugitive tendit les oreilles autant qu'elle put.


« Appelez-moi Elvri… Hum, excusez-moi, Elvriel Calaan. »

Nina n'en croyait tout simplement pas ses oreilles. Étant native de la côte Ouest d'Eizanoma, elle avait déjà entendu des marins de passages de l'archipel pirate et de son fonctionnement. Et s'il existait un maître de ce continent, c'était bien cette fameuse amirale.

« Votre histoire est dangereuse, et je vous conseil fortement de ne pas l’exposer à qui veut l’entendre, sans prendre certaine précaution quant à votre survie dans ce monde. »

* Oh? J'arrive donc avec si peu de retard? Tant pis, la carcasse vivante me racontera sa jolie histoire dés que cette Dame aura quitté les lieux... *

« Vous dites être sans logement, sans argent. ...»

Vraiment? Il n'était donc pas l'un d'eux. Il n'allait peut-être pas falloir le sous-estimer pour autant, car il était possible que ce sabre soit le trophée d'une victoire contre l'un de ces traqueurs de stigmatisés...
Nina écouta ensuite la proposition de l'Amirale, acceptée aveuglément par une âme semblait-il un peu égarée, convaincue de ne pas pouvoir s'offrir le luxe du choix. Cela dit, cette offre suscitait un grand intérêt chez elle également, car débouchant probablement sur un job touchant de près ou de loin à la piraterie... mais elle devait s'en assurer au préalable. Elle refusait de se retrouver enchaînée à une tâche qui attenterait à sa fierté. L'adolescente laissa le rôdeur débiter son ennuyeux discours de dévoué et preux justicier. Rien de plus assommant qu'un utopiste qui veut à lui seul apporter à ce monde une équité si débonnaire et idéalisée.


Elle recula discrètement de quelques pas, se remit debout et s'avança cette fois à découvert, réflexe préventif pour éviter d'afficher une pure et simple volonté d'espionnage.

« Un boulot, hein? Je dois avouer que vous retenez mon attention, Madame Calaan. Ah euh, excusez-moi : je passais par-là et, comment dire... la puissance de votre aura m'a purement et simplement pétrifiée au moment où j'allais rejoindre cette ruelle alors, je n'ai pu faire autrement que de surprendre votre conversation. »

Elle éprouvait si peu de scrupules à mentir, que rien dans son attitude ne la trahissait jamais. Partant du principe que ses dires n'avaient rien d'improbables, elle y mettait toute la conviction qui appuie traditionnellement l'honnêteté. Bien sûr, elle n'avait jamais eu affaire à des personnes habituées aux pouvoirs et par conséquent à l'hypocrisie. S'en inquiéter n'avait cependant aucun intérêt, et la seule répercussion que pouvait avoir ce genre de doutes était de trahir la fausseté des paroles. Ainsi, cette idée glissant sur elle comme s'il avait été question de la couleur des pavés.

« J'ignore s'il vous reste d'autres postes à pourvoir, mais si c'est le cas... Alors je vous dirais que je n'ai rien d'une misérable prête à tout pour de l'argent. Ma survie, que cela vous choque ou non, je peux très facilement l'assurer en dérobant ce qui m'est nécessaire. Vagabonder sans contrainte de cette façon est un mode de vie ne me rebute absolument pas, au contraire. Je refuse toute servilité, pour quelque somme d'argent que ce soit. Et si ce travail ne m'apporte pas le plaisir que je pourrais avoir sans lui, alors je n'y verrais pas là non plus l'intérêt. Je n'accepterai rien sans savoir en détails ce qui m'attend. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [5 ans auparavant] - Ballade nocturne   

Revenir en haut Aller en bas
 
[5 ans auparavant] - Ballade nocturne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novus Genesis - Redemptio ::  :: Continent de Ruchaneim :: Circonscription de Pandemonium :: Cité de Pandemonium :: Les bas quartiers :: Bidonvilles inférieurs-
Sauter vers: